Anne d’Entremont

ANNE D’ENTREMONT

(1694-1778)

De l’Acadie au Béarn

Anne est née en Acadie en 1694. Son père, Jacques de Mius d’Entremont, est le fils du célèbre Philippe de Mius d’Entremont qui avait reçu en 1653 la baronnie de Pobomkoup (actuel Pubnico en Nouvelle Écosse) des mains du gouverneur de l’Acadie d’alors, Charles de saint Étienne de la Tour. Sa mère, Anne, est une descendante de ce dernier.

Anne est connue pour avoir vécu longtemps (jusqu’en 1778) et donc d’avoir été contemporaine des grands événements de l’histoire de l’Acadie au XVIIIème siècle (Attaques des Anglais contre Port Royal en 1707 et 1710, Traité d’Utrecht en 1713, Grand dérangement 1755-1763, Traité de Paris en 1763….)

Elle est connue aussi pour s’être mariée trois fois et d’avoir engendré une nombreuse descendance.

Trois périodes peuvent être distinguées dans sa longue vie.

Première période en Acadie (1694-1710)

La famille d’Anne appartient à l’élite acadienne. Elle est alliée en particulier aux Saint-Castin, son frère Philippe a épousé Thérèse, fille du Baron Jean-Vincent d’Abbadie. Elle est donc la belle-sœur par alliance de Bernard-Anselme, le fils le plus connu du Baron.

Anne épouse très jeune, en premières noces, le chevalier Antoine de Saillans, ancien mousquetaire, enseigne dans un détachement de troupes de marine. Cet officier est blessé mortellement le 7 septembre  1707 alors qu’il défend aux côtés de Bernard-Anselme de Saint Castin, l’établissement de Port Royal contre une attaque des Bostoniens, dirigés par le Colonel John Marsh. Il est inhumé le 8 septembre par le prêtre justinien Durand, récollet missionnaire à Port Royal.

Voilà donc Anne veuve à 13 ans !

En 1710, la prise définitive de Port Royal par les Anglais l’oblige à partir pour Plaisance (établissement français de terre-Neuve) où elle a de la famille, abandonnant ce qui reste de ses biens en Acadie.

Seconde période à Plaisance et à l’Île Royale (1710-1718)

A Plaisance, Anne fait la connaissance de Philippe de Pastour de Costebelle, gouverneur de la colonie depuis 1706. Philippe Pastour de Costebelle naquit en 1661, avant le 8 novembre,  à Saint-Alexandre, village proche de Pont-Saint-Esprit, où sa famille est signalée dès l’an 1400. Il était le second fils de François-Barthélemy, avocat au parlement du Languedoc, capitaine et châtelain des baronnies de Thorrenc et d’Andance en Vivarais, et de Marie Du Plessis, seconde femme de François-Barthélemy. On lui connaît trois frères : l’aîné Louis, que l’on retrouve en Acadie, les cadets Joseph et Barthélemy, et une sœur nommée Françoise.De Costebelle, pourrait-être son père, mais c’est apparemment un parti intéressant.

Fort de Plaisance vers 1675,

Archives nationales du Canada

En 1695, il a été fait Lieutenant du Roi à Plaisance en remplacement du baron de Lahontan, autre béarnais. En 1704, il s’est marié avec Anne de Tours de Sourdeval qui lui a donné une fille Anne Catherine de Costebelle, mais l’a laissé bientôt veuf. En 1706 enfin, il a été nommé gouverneur de Plaisance et il le restera jusqu’au Traité d’Utrecht de 1713.

En 1714, De Costebelle est nommé gouverneur de l’Île Royale (actuellement Capbreton en Nouvelle Écosse ) qu’il rejoint en octobre à partir de Plaisance. C’est à l’Île Royale qu’Anne l’épouse en février 1716, dans la chapelle de Port Dauphin (actuelle Englishtown ). Port-Dauphin est l’un des plus anciens établissements européens en  Amérique du Nord, ayant été créé en tant que port de pêche français en 1597. Son beau-frère, Philippe d’Entremont, avait épousé Marie-Thérèse de St Castin, la fille du Baron.

Ci-contre, gratification du Conseil de la Marine

pour Anne de Costebelle

En novembre 1716, elle l’accompagne en France où elle donne naissance le 11 avril 1717 à une fille, Marie-Josèphe, baptisée le lendemain à l’église Saint-André des Arts à Paris. Marie Mius d’Entremont, soeur d’Anne sera la marraine. En août 1717, le gouverneur repart pour l’Île Royale sur la frégate l’Atalante, mais malade, il dicte son testament en septembre à l’écrivain du bord. Mais son second mari meurt à l’Île Royale, peu après son retour de France sur le navire du Roi « L’Atalante ».

Library of Congress, Prints and Photographs division cph.3a45771   Hervey Smyth – engraved by P. Benazech L’Atalante dans le port de Québec

De Costebelle laisse à sa jeune femme de touchantes lettres d’amour mais lui laisse aussi de nombreuses dettes contractées pour assurer les dépenses de sa charge, en particulier la subsistance de ses soldats. Anne doit se débattre avec ses multiples créanciers : ses meubles et ses vêtements auraient même étaient saisis.

Troisième période au Béarn (1718-1778)

En 1718, Anne décide de retourner en France pour supplier l’administration royale de lui venir en aide. Elle s’établit au Béarn où elle a de la famille et retrouve notamment son beau-frère, Bernard-Anselme de Saint-Castin, rentré au pays avec son épouse Marie-Charlotte d’Amours en 1714. L’administration royale, par une décision du Conseil de la Marine, lui accorde une pension de cent écus. Mais, le 10 août 1719, elle contracte un mariage plus avantageux que les deux premiers, épousant à l’église Saint-Eustache de Paris, Laurent de Navailles,veuf, Baron de Labatut, officier au régiment de Navarre, descendant d’une des plus vieilles familles du Béarn. Les mariés sont assistés de Messire Paul de Navailles, son frère, de Jean Béon, capitaine de cavalerie, et de Charles Armand Hubert de la Rocatelle, écuyer gendarme de la Garde.

Ci-contre : aquarelle de Gaspard Gobaut

Musée Carnavalet, Paris

Plus tard, l’administration royale lui remboursera les avances faites par son second époux dont la succession se trouvera en définitive créditrice de 17 000 livres. Anne va désormais résider avec sa fille du second lit, Marie-Josèphe de Costebelle, au château de Labatut près de Mortemer dont dépendent des propriétés importantes constituant la seigneurie de Labatut-Figuières.  La famille de Navailles achète le fief de Labatut à la fin du XVe siècle. Le château est la propriété de la famille de Navailles du XVIe au XVIIIe siècle. Il sera très remanié au XIXe siècle. L’édifice se compose de deux étages carrés et d’un étage de comble, le gros-oeuvre en grès, calcaire, galet et enduit partiel, élévation à travées, surmontée d’une croupe et une flèche conique sur la tour, recouvertes d’ardoise… Cadastre de la commune de Labatut-Navailles

En 1736, Anne marie sa fille Marie-Josèphe à François de Rivière, Marquis de Giscaro, et aura la joie en 1738 de la naissance d’un petit- fils, Antoine de Rivière . De son troisième époux, mort en 1728, Anne aura cinq enfants et de nombreux petits- enfants. Pour s’en tenir à un seul de ses fils, Paul-Anne de Navailles, né en 1721, il  épouse le 26 novembre 1740, dans l’église Sainte-Croix d’Oloron-Sainte-Marie, demoiselle Marie de Taules, âgée de 17 ans, fille de noble Nicolas de Taules, seigneur de Domecq de Précillon (Précilhon aujourd’hui) et de Dame Jeanne de Barrau.

Acte de mariage de Paul-Anne de Navailles

et de Marie de Taules

Celle-ci est la fille de Nicolas de Taulès, originaire d’Oloron, qui avait acheté la maison noble du Domecq de Précillon dans le village du même nom. (Aujourd’hui Précilhon). Le couple aura cinq enfants et de nombreux petits enfants parmi lesquels Valérie de Navailles, née en 1823, mariée en 1841 au Baron Oscar Bernadotte, neveu du roi de Suède, Charles-Jean (1818-1844), établissant ainsi un lien avec une dynastie dont le fondateur était comme on le sait d’origine paloise.

Anne va s’éteindre le 15 octobre 1778. Elle était âgée de 80 ans. Elle a survécu à trois maris, à un gendre le Marquis de Giscaro, qui laissera sa veuve dans une situation financièrement précaire.

Publié dans A-F, Personnages historiques | Laisser un commentaire

Escalope de foie gras aux piquillos et au parfum de piments d’Espelette

 

Henry Combret est né au cœur du Béarn, à Oloron Sainte Marie. En 1985, il décide d’écrire son premier ouvrage « Le livre du Jurançon », suivra « Gastronomie du Terroir » en 1989. Il vient de publier son onzième ouvrage, intitulé « Ici, le porc, c’est du cochon, mais c’est du bon ». Il en profite pour donner également des recettes qui confirment que tout est bon dans le cochon !

En savoir plus sur le site : http://www.combret-gastronomie-vins.com/

Mais aujourd’hui, plusieurs mois  après son interdiction aux États-Unis, c’est une recette de foie gras que nous allons vous proposer, recette extraite du livre « Foie Gras tentations » (page 103) et due au chef Michel Saint Jours.

Escalope de foie gras aux piquillos et au parfum de piments d’Espelette

Ingrédients pour 4 personnes :

8 piquillos, 1 demi-poivron de chaque couleur (rouge, vert, jaune), 400 g de foie gras de canard, 1 cuillerée à café de piment d’Espelette en poudre, 2 cuillerées à soupe de gelée de piment d’Espelette, 15 cl de fond de veau, 1 noisette de beurre, 5 cl d’huile d’olive, sel, poivre.

Préparation :

Peler les poivrons puis les détailler en petits dés de trois millimètres au cube, les faire suer dans une russe* avec l’huile d’olive. Débiter huit escalopes de foie gras de canard d’environ un centimètre d’épaisseur, saler et poivrer avec le piment d’Espelette. Dans une poêle très chaude, saisir les escalopes, des deux faces, laisser cuire une à deux minutes avec les piquillos, dégraisser, puis déglacer avec la gelée de piment, puis le fond de veau, laisser réduire et jeter le beurre pour lisser la sauce. Dresser sur chaque assiette deux piquillos, deux escalopes, une quenelle de poivrons , napper avec la sauce.

Le chef propose de servir avec un Madiran du Château Arricau-Bordes.

L’histoire de Madiran débute au XIème siècle avec l’installation des moines bénédictins qui fondent le Prieuré de Madiran. Peu à peu le vin de Madiran devient naturellement un vin de messe. Sa renommée est assurée par les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle qui empruntent la voie Aire-sur-Adour/Lescar.

*En restauration, la casserole classique cylindrique, muni d’une queue et souvent accompagnée d’un couvercle porte le nom de « russe ».

Publié dans Histoire et patrimoine, Patrimoine | Laisser un commentaire

Le baron de Saint Castin dans la légende

LE BARON DE SAINT CASTIN DANS LA LEGENDE

Il existe des centaines d’articles sur Jean-Vincent d’Abbadie, baron de Saint Castin. J’ai choisi ici, de ne citer que les ouvrages les plus importants. Il est évident que si un lecteur souhaite compléter la liste, nous le publierons avec plaisir !

Jean-Vincent d’Abbadie décède en Béarn en 1707. Le baron est connu en Acadie, notamment par ses actions avec ses amis Abénaquis contre les Anglais. En France, sa légende va débuter grâce à Louis-Armand de Lahontan, autre baron béarnais.

Ce dernier arriva au Québec après 1683. Il a participé à plusieurs expéditions contre les Iroquois et connaissait la langue Algonquine.. On peut considérer que le Baron de Lahontan fut le premier à l’origine de la légende du baron de Saint Castin. En 1703, il publie les «Nouveaux voyages dans l’Amérique septentrionale ». Le Baron de Lahontan prit part à l’expédition de Brisay de Denouville contre les Iroquois. Jean Vincent d’Abbadie participa également avec ses Abénaquis au combat en accompagnant Denouville. Se sont-ils rencontrés ? Où Lahontan a-t-il entendu parler de Saint-Castin ? Il est certain qu’il a eu connaissance de la vie mouvementée du Baron. Lahontan écrit : « Le Baron de Saint Castin Gentilhomme d’Oléron en Béarn s’est rendu si recommandable parmi les Abénaquis depuis 20 et tant d’années, vivant à la Sauvage, qu’ils le regardent aujourd’hui comme leur Dieu tutélaire. Il était autrefois Officier de Carignan en Canada, mais dès que ce régiment fut cassé, il se jetta chez ces Sauvages dont il avait appris la Langue. Il se maria à leur manière, préférant les Forêts de l’Acadie aux Monts Pirenées dont son pays est environné. Il vécut les premières années avec eux d’une manière à s’en faire estimer au delà de tout ce qu’on peut dire. Ils le firent grand Chef, qui est comme le Souverain de la Nation (…) Les gouverneurs généraux du Canada le ménagent et ceux de la Nouvelle Angleterre le craignent. Il a plusieurs filles et toutes mariées très avantageusement avec des Français, ayant donné une riche dot à chacune. Il n’a pas changé de femme, pour apprendre aux Sauvages que Dieu n’aime point les hommes inconstants… »

En 1765, le Français Nicolas Bricaire de la Dixmerie écrit « Azâkia : Anecdote Huronne » qui a été publié dans ses « Contes Philosophiques et Moraux ». Publiés d’abord en 2 volumes, ils sont ensuite réédités en 3 volumes en 1769. Dans cette histoire, Saint Castin, officier dans les troupes du Canada, va secourir une jeune  « sauvage » huronne, agressée par un soldat français.

« Les cris que poussait la jeune sauvage, en se défendant, attirèrent vers cet endroit le baron de Saint Castin, Officier dans les troupes du Canada ; Il n’eut pas de peine à obliger le Soldat de s’éloigner. Mais celle qu’il venait de secourir avait tant de charmes que cet homme lui parut excusable. Il fut lui-même tenté d’exiger le salaire de sa démarche. Il s’y prit d’une manière plus engageante que son devancier, et ne réussit pas mieux. L’ami qui est devant mes yeux m’empêche de te voir lui dit la Huronne. C’est la phrase sauvage, pour exprimer qu’on a un mari, et qu’on ne veut absolument point lui manquer. Cette phrase n’est pas un vain formulaire, elle renferme un refus décisif, et est commune à toutes les femmes de ces nations barbares.[…] Saint Castin se borne donc à accompagner la belle sauvage… »

C’est ainsi que commence l’histoire qui se prolonge chez les Hurons, racontée par Dixmerie.

Le texte est ensuite traduit et publié en 1783 pour le « Magazine Universel ». Enfin, en septembre 1789, l’histoire est publiée anonymement avec le titre « Azâkia, une histoire canadienne » dans le magazine Carey, puis à nouveau en mai 1794, dans le « Magazine du Vermont ». Outre en Angleterre, Azâkia fut aussi traduit en suédois, allemand et portugais.

Sarah Wentworth Apthorp Morton, née Sarah Wentworth Apthorp (née en Août 1759 à Boston), est une poétesse américaine admirée à son époque. C’est la fille d’un marchand aisé et a évidemment acquis une éducation particulièrement approfondie. En 1781, elle épouse Perez Morton. Elle a pris l’habitude de l’écriture vers l’enfance, et en 1789 elle a commencé à écrire dans la revue nouvellement créée Massachusetts Magazine. Ses premiers poèmes ont été publiés sous le nom de Constantia et plus tard Philenia. Le travail de Philenia bientôt attira l’attention de la critique nationale et même britannique, qui félicitèrent chaleureusement le récit en vers intitulé « Ouâbi; ou Les vertus de la nature » (1790), un conte Amérindien en quatre chants (1790) qui était son premier ouvrage publié.. L’écrivaine de Boston connu sous le nom de « Sappho américaine » traite un triangle amoureux entre un chef de l’Illinois, sa femme, et un aristocrate européen. Le poème narratif est remarquable pour sa représentation historiquement documentée de la vie indienne.

Il sera mis en musique par Hans Graham en 1793. En 1791 parut « Song of an Indian Chief », un opéra, composé par Haas Gram, qui avait émigré du Danemark. Cette chanson fut publiée dans le « Massachusetts Magazine » Vol II en mars 1791. « Song of an Indian Chief » a été la première partition orchestrale publiée aux États-Unis. Cette partition a été inspirée par le poème « Ouâbi: ou les vertus de la nature », ce conte indien en quatre chants, écrit par Philenia en 1790. Hans Gram est né à Copenhague et a immigré au Massachusetts en 1785 où il s’est établi comme un maître de musique. À partir de 1789, Gram a commencé à publier sa musique dans le magazine Massachusetts.

From the Special Collections of the St. Louis Mercantile Library at the University of Missouri-St. Louis.

En 1978, « The Death Song of Indian Chief» a été enregistré par « The Consort Orchestra Wayland » et c’est la première partition orchestrale publiée aux États Unis. Cet album propose de la musique de quatre traditions de base: Théâtre / opéra, Concerto, Vocal, et symphoniques. Cette collection de 1978 a été enregistrée dans le Mechanics Hall, à Worcester dans le Massachusetts et qui reste l’une des plus belles salles de spectacles en Nouvelle-Angleterre. Le livret comporte des informations générales sur la musique ainsi que des illustrations en noir et blanc de musiciens de l’époque coloniale.

Sir John George Bourinot, journaliste et historien, publie plusieurs ouvrages sur le Canada. Notamment en août 1869, il écrit dans la revue « New Dominion Monthly » un article de plusieurs pages intitulé « Gentlemen Adventurer in Acadia » concernant la vie de Jean-Vincent d’Abbadie. Il écrit : «  Un exemple très remarquable […] se trouve dans la vie du baron de Saint-Castin, un natif du pays béarnais, qui est venu au Canada avec le régiment de Carignan en 1665. […] Il fraternise avec le Abenaquis, et mène la vie d’un chef de forêt, dont le nom fut longtemps la terreur des colons de la Nouvelle-Angleterre. Il a épousé la fille de Madocawando, l’ennemi implacable de l’anglais. […] A son appel, toutes les tribus de la frontière entre l’Acadie et la Nouvelle-Angleterre partent sur le sentier de la guerre. Il a amassé une fortune de trois cent mille écus en « bon or sec», mais on nous dit qu’il se sert de la plus grande partie de celui-ci pour acheter des cadeaux pour ses disciples indiens, qui lui remboursent en peaux de castor. Sa vie à Pentagoët, pendant des années, a été très active et aventureuse. […]. En 1781, il rentre en France, où il avait une propriété, et désormais disparaît de l’histoire. Le poète Longfellow a fait usage de cet épisode romantique au début de la vie dans les colonies acadiennes. »

Le poète américain, Henry Wadsworth Longfellow, né le 27 février 1807 à Portland, dans le Maine, auteur de nombreux poèmes, rédigea un conte de 300 vers en 1893, intitulé « The Baron of St. Castine » où il raconte l’histoire du Baron, depuis son départ du château d’Escout, dans les Pyrénées, jusqu’à son mariage, puis son retour en France. Ce texte est extrait de « The Tales of a Wayside Inn » qui est un ensemble de légendes sous forme de contes.

Il écrit : « Baron Castine of St. Castin

Has left his château in the Pyrenees

And sailed across the western seas […]

When he went away from his fair demesne

The birds were building, the woods were green […]

His father, lonely, old, and gray,

Sits by the fireside day by day»

« Le Baron de Saint Castine a quitté son château dans les Pyrénées, et navigué sur les mers occidentales […] Son père, seul, vieux et grisonnant reste assis toute la journée au coin du feu… »

Ci-dessus : Portrait de Longfellow, source: Fairfax County Public Schools

Le poème se termine par le mariage de Saint Castin à l’église d’Escout  : « Les portes de l’église sont grandes ouvertes, Les gens se pressent, […] la foule se presse pour voir l’époux et l’épouse. Ils entrent et passent le long de la nef. Ils se tiennent sur la tombe de son père. Les cloches sonnent doucement. […] Le vent chaud souffle sur les collines de l’Espagne, les oiseaux construisent leurs nids, les feuilles sont vertes. Et le baron de Saint-Castin Castine est enfin revenu. »

A la fin du XIXè siècle, en 1894, Mary Hartwell Catherwood publie « The Chase of Saint-Castin and other stories of French in the New World ». Marie Hartwell est né à Luray, Ohio, et à l’âge de neuf ans, sa famille déménage à Milford, dans l’Illinois. A treize ans, elle a obtenu son brevet d’enseignement, et elle a commencé à enseigner l’année suivante ! Plus tard, elle habite l’Indiana, un État du Mid-Ouest des États-Unis. et elle va se lier d’ amitié avec James Whitcomb Riley , un autre auteur influent d’Indiana. Elle est très impliquée dans les cercles littéraires à Indianapolis. Dans un contexte environnemental, les œuvres de Marie Catherwood sont d’une grande importance, car ils fournissent des descriptions des paysages de l’Indiana d’autrefois.

Un français, va au 19ème siècle écrire sur l’Acadie, c’est François Edme Rameau de Saint-Père, né en France en 1820 à Gien. Ayant hérité d’une fortune assez considérable, il passe une bonne partie de sa vie à l’étude de l’histoire des Français d’Amérique. Il va d’ailleurs, en 1877, consacrer aux Acadiens une étude « Une colonie féodale en Amérique : L’Acadie (1604-1881) ». Elle sera la première synthèse historique portant sur le peuple acadien. Il publie également en 1860 « Les Français en Amérique : Acadiens et Canadiens ». Tout en vivant en France, il acquiert une certaine notoriété en Amérique et est élu correspondant de la Société Royale du Canada en 1884.

Mais Rameau de Saint-Père fait une erreur dans la biographie de Jean-Vincent d’Abbadie, il écrit que notre baron est basque !

En 1874, Wheeler Georges Augustus publie « l’Histoire de Castine, Penobscot et Brooksville ». Wheeler est né dans le Maine en 1837, c’est peut-être pour cela qu’il a écrit plusieurs ouvrages sur l’histoire du Maine.

On ne peut citer tous les livres parus sur notre Baron.

Arrivons au 20ème siècle.

En 1934, Robert Leblant publie « Une figure légendaire de l’histoire acadienne : le baron de Saint Castin » aux Éditions Pradeu de Dax. Il faut noter que Robert Leblant, né à Paris en 1898., fait d’abord des études juridiques. Mais dès les années 1920, il s’intéresse à l’histoire de l’Acadie et de la Nouvelle-France. Il est l’auteur de 4 livres et de pas moins de 46 articles sur l’Acadie et de la Nouvelle-France. Il est reconnu comme le chef de file de la recherche sur l’Acadie coloniale. Il a longtemps habité le château d’Arette, autrefois propriété familiale de la famille Bonasse, famille de la mère de Jean-Vincent d’Abbadie.

La même année, Roscoe B. Miller publie : « Baron de Saint Castine-Americain Pioneers », Americana, vol.n°3, p.92-97.

Puis en 1939, Pierre Daviault publie « Le baron de Saint Castin, chef Abenaquis » et « La Grande Aventure de Le Moyne d’Iberville » aux Éditions de l’A.C.F. de Montréal. Son amour pour la présence française au Canada explique ses deux biographies de personnages bien connus de la Nouvelle-France. D’autres travaux incluent des histoires courtes sur les gens célèbres et moins connus de son temps et il s’aventure dans le monde littéraire sous forme de romans d’aventure. La carrière entière de Pierre Daviault a duré des années 1920 au milieu des années 1960.

En 1965, c’est Graham Munson qui publie « Saint Castin : A legend Revisited » dans Dalhousie Review, vol. n°3

En 1969, Georges Cerbelaud Salagnac, dans le dictionnaire biographique du Canada publie « Abbadie de Saint Castin, Jean-Vincent », vol. n°2

En 1990, Yves Cazaux publie un roman intitulé « Le Baron de Saint Castin ». Il publiera un certain nombres d’ouvrages d’abord sur Henri IV, puis sur la Canada, notamment « Le Rêve américain, de Champlain à Cavalier de La Salle », puis « Le Baron de Saint-Castin », enfin « L’Acadie: histoire des Acadiens du XVIIe siècle à nos jours ».

En 1998 Aline S. Taylor publie « The French Baron of Pentagouet ». C’est une sorte de compte rendu de la vie et de l’époque de Jean-Vincent d’Abbadie. Ce livre offre un point de vue américain sur les événements qui ont souvent été vus à travers les yeux d’anglais.

Enfin, un dernier livre, celui de Marjolaine Saint Pierre publie en 1999, « Saint Castin, baron français et chef amérindien ». Elle note : « Celui qui avait conquis l’admiration des Abénaquis et terrorisé les Puritains a perdu sa dernière bataille (judiciaire contre son beau frère!), mais sa légende est toujours vivante, particulièrement en Nouvelle Angleterre »

Pour conclure, parmi les nombreux articles de presse, j’ai retenu celui-ci : Un article plutôt surprenant paru dans le Bangor Daily News. Dans le cadre du Concert Annuel de l’Université du Maine, il a été présenté un ballet basé sur le vie du baron de Saint Castin et de son mariage avec la fille du chef abénaquis. Ce spectacle, « The Spells of Moon Witch », a été écrit après des recherches sur la vie du Baron, sur l’histoire de la Nouvelle France et de l’Acadie Française.

Ces quelques pages sur la légende de Jean-Vincent d’Abbadie sont une infime partie de tous les textes qui lui sont consacrés. Merci aux lecteurs qui souhaitent les compléter.

© Jean Renault Tous droits réservés.

 

 Copyright © 2014 OSSAU-KATAHDIN.
Publié dans A-F, Personnages historiques | Laisser un commentaire

La garbure, une recette béarnaise

La garbure béarnaise de Ginou

Vice-championne du monde 2012

La garbure est une soupe  traditionnelle « gasconne ». Chaque année, le premier samedi de septembre à lieu le « Championnat du monde » à Oloron-Sainte-Marie dans le Béarn, organisé par l’association « La Garburade »

Ginou et les Jinettes sont vice-championnes du Monde de la Garburade,  voici leur recette en images…Ci-dessous, les « Jinettes » au travail !

Ingrédients pour 10 personnes :

3 kg de pommes de terre, 1 kg de carottes, 1 kg de poireaux, citrouille, 1 chou, 1 navet, ail, oignons, 250g de haricots blancs secs ou à défaut 1 boite de haricots en grains cuisinés, thym, persil, 1 camot ( jambonneau sec), graisse de porc ou de canard, sel, poivre, piment.

Préparation :

L’épluchage….

La veille, faire tremper les haricots secs

La matin, dessaler le jambon (le mettre dans de l’eau, porter à ébullition, changer l’eau 2 ou 3 fois)

Mettre de l’eau dans une marmite, y ajouter les haricots secs (si ce n’est pas des haricots secs, ne les mettre dans la garbure qu’en même temps que le chou) et le bouquet garni ainsi que le jambon.

Ginou avec un membre de l’Ordre de Bon Temps

Mettre à chauffer, éplucher les légumes, les laver, les couper en morceaux. Réserver quelques pommes de terre et le chou pour la fin de la cuisson.

Mettre tous les autres légumes à suer dans la graisse de porc ou de canard.

Assaisonner.

Ajouter les légumes dans la marmite, laisser cuire 2 h environ, puis ajouter le chou et les pommes de terre que l’on a gardé.

Cuire à nouveau 1 heure environ

Vérifier l’assaisonnement.

L’intronisation de Ginou par le Grand Maitre de la Garburade en présence de Perico Lagasse, animateur de télévision et critique gastronomique. Les « Jinettes », ci dessous pour fêter leur victoire de Championnes du Monde 212

Le grand sommelier de l’Ordre de Bon Temps ( en civil) ajoutant la « Hot Sauce » de Castine dans la garbure…!!!

C’est la rencontre entre le Béarn et l’Acadie !

Bon appétit !

Il existe de nombreuses recettes de garbure, vous pouvez aussi consulter le site de la Garburade, avec une recette de notre ami Henri Combret

Publié dans Histoire et patrimoine, Patrimoine | Laisser un commentaire

Publications

La Lettre de l’Ossau à Kathadin est publiée chaque 15 jours.  Des extraits sont publiés sur notre site. La lettre est envoyée directement à nos adhérents.

Lettre n°185: Jean-Vincent d’Abbadie ( 1ére partie)

Lettre n°186: Le mariage de Jean-Vincent d’Abbadie (2ème partie)

Lettre n°187: Les enfants de Jean-Vincent d’Abbadie

Lettre n° 188: les enfants de Jean-Vincent d’Abbadie (suite)

Lettre n°189: Henry Wadsworth Longfellow et le baron de Saint-Castin

Lettre n°190; Le retour du Baron en Béarn (1ère partie)

Lettre n°191: Le retour du baron en Béarn (2ème partie)

Lettre n°193 : Ursuline de Saint Castin, (1ère partie)

Lettre n°194 : Ursuline de Saint Castin (2ème partie)

Lettre n° 195: Chas Laborde Des dessins inédits  par Gérard Laborde

Lettres de l’année 2022

Lettre n°196: Voeux 2022

Lettre n°198: La Boston Tea Party (1ère partie)

Lettre n° 199 : La Boston Tea Party ( 2ème partie)

Lettre n°200 (26 février 2022) L’indépendance des colonies de Nouvelle Angleterre (1ère partie) Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

Lettre n° 201 (12 mars 2022) L’indépendance des colonies de la Nouvelle Angleterre (2ème partie) Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

Lettre n°202: (26 mars 2022) L’indépendance des colonies de la Nouvelle Angleterre (3ème partie) Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

Lettre n°203:(9 avril 2022) Jean-Baptiste de Rochambeau, Vendômois et futur Maréchal de France par Nathalie de Gouberville

Lettre n°204: (23 avril 2022) Jean-Baptiste de Rochambeau, Vendômois et futur Maréchal de France (2ème partie) par Nathalie de Gouberville

Lettre n°205 : (7 mai 2022) L’affaire Junonville

Lettre n° 206: Quelques navires français durant la guerre d’indépendance

Lettre n°207 : Assassinat d’Henri IV (Extraits)

Lettre n°208 : Conseil d’Administration

Lettre n°209 : Une lettre des Etats-Unis……..

Lettre n°210 : C’était hier, le 16 juillet…..

Publié dans Publications | Laisser un commentaire

Jean-Vincent d’Abbadie

Publié dans A-F, Personnages historiques | Laisser un commentaire

Daniel Auger de Subercase (1661-1732)

Publié dans Personnages historiques, R-Z | Laisser un commentaire

Recette de l’hypocras

Publié dans Histoire et patrimoine, Patrimoine | Laisser un commentaire

Si Marie Antoinette s’était évadée ?

Publié dans Histoire et patrimoine, Histoires et Anecdotes | Laisser un commentaire

Sœur Valérie Saint Jean

Publié dans Personnages historiques, R-Z | Laisser un commentaire