Les frères Fénelon

Le  château de Fénelon, classé monument historique, est situé dans le département de la Dordogne, au centre d’un triangle formé par les villes de Sarlat, Souillac et Gourdon. Il se dresse sur les hauteurs d’un petit village, Sainte Mondane, d’où il domine les vallées de la Dordogne et de la Bouriane.

Ce château a été la demeure natale de François de Salignac de la Mothe-Fénelon qui devint archevêque de Cambrai, mais est beaucoup plus connu sous le nom d’écrivain Fénelon  qui vécut sous le règne des Lumières de Louis XIV.

Fénelon est né au Château de Fénelon, dans une famille noble du Périgord, ancienne et appauvrie. Fils de Pons de Salignac, marquis de la Mothe-Fénelon, et de la seconde épouse de ce dernier, Louise de la Cropte. Plusieurs ancêtres de Fénelon avaient servi comme évêques de Sarlat. Comme il était cadet (son père ayant eu neuf enfants de sa première épouse, Isabeau d’Esparbes de Lussan), et trois de  sa seconde, dont Fénelon, il fut destiné de bonne heure à une carrière ecclésiastique.

Jeune, il reçoit l’enseignement d’un tuteur au château

En 1667 (16 ans), il est étudiant à l’Université de Cahors (fondée en 1331 et réunie à l’Université de Toulouse en 1751).

L’université de Cahors est une université française située à Cahors. Elle est fondée en 1331  sous la forme d’un Studium generale par une bulle pontificale de Jean XXII et dissoute en 1751 en fusionnant avec l’Université de Toulouse, sur décision du chancelier du roi, La Moignon. Elle comptait alors 1 600 étudiants. (Jacques Duèze, né en 1244 à Cahors, mort en 1334 en Avignon, issu d’une famille de la bourgeoisie aisée de Cahors, est élu pape en 1316, sous le nom de Jean XXII). Elle est composée alors des quatre facultés de théologie, droit, médecine, arts ou belles-lettres.

Après la mort de Clément V, le Sacré Collège s’installe à Carpentras, le 1er Mai 1314, pour élire un nouveau pape. Or, trois partis étaient en compétition : les Gascons au nombre de dix, les Italiens au nombre de sept, adversaires acharnés des Gascons, avec Napoléon Orsini, Nicolas Albertini de Porto, et des cardinaux Français d’origines diverses : trois Languedociens, un Quercinois et deux Normands complétaient le Sacré Collège. Les luttes de tendances entre Italiens, Gascons et Français furent telles que deux longs mois passèrent sans qu’ils parviennent à un accord pour trouver un successeur à Clément V. Il faudra attendre jusqu’au 7 août 1316.

 En 1669, il est diplômé.

En 1671 (20 ans), Fénelon devient chanoine de la Cathédrale de Sarlat, nommé par son oncle Salignac, évêque de Sarlat.

En 1677, il est docteur en théologie.

En 1678, l’abbé François de Salignac de La Mothe Fénelon a été nommé supérieur des « Nouvelles Catholiques», institution dont la vocation est de « rééduquer » les jeunes filles protestantes converties au catholicisme. Cette première expérience pédagogique l’a amené à s’intéresser aux questions d’éducation. Il a traduit ses réflexions en 1684 dans un « Traité de l’éducation des filles », rédigé à l’intention du duc Paul de Beauvillier, dont il est le directeur de conscience et qui est père de neuf filles!

Ses relations avec Beauvillier et le duc Charles Honoré de Chevreuse, tous deux gendres du ministre Jean Baptiste Colbert et proches conseillers de Louis XIV, ont permis à Fénelon d’être introduit à la Cour et d’y gagner l’estime et l’amitié de la Marquise de Maintenon, l’épouse du roi et de son entourage du parti dévot. Le 16 août 1689, le duc de Beauvillier est nommé gouverneur du duc Louis de Bourgogne, fils du Grand Dauphin et petit-fils du Roi Soleil, tandis que l’abbé, soutenu par ses puissants protecteurs, devient précepteur du prince.

Le petit duc, alors âgé de sept ans, est un enfant capricieux et violent, qui, sous la houlette de ses nouveaux mentors, va devenir sérieux et religieux. Fénelon va s’occuper de  son instructionpendant huit ans et des liens très forts vont se nouer entre eux. Pour son élève, l’abbé compose en 1694 une œuvre importante,     « Les Aventures de Télémaque », roman d’inspiration mythologique sur l’éducation d’un jeune prince : « Dans ce roman à la fois pseudo-historique et utopique, il conduit le jeune Télémaque, fils d’Ulysse, flanqué de son précepteur Mentor (manifestement Fénelon) à travers différents États de l’Antiquité, qui la plupart du temps, par la faute des mauvais conseillers qui entourent les dirigeants, connaissent des problèmes semblables à ceux de la France des années 1690, plongée dans des guerres qui l’appauvrissent, problèmes qui cependant peuvent se résoudre (au moins dans le roman) grâce aux conseils de Mentor par le moyen d’une entente pacifique avec les voisins, de réformes économiques qui permettraient la croissance, et surtout de la promotion de l’agriculture et l’arrêt de la production d’objets de luxe »

« Comme le Télémaque est surtout un livre de morale politique, ce que l’auteur peint avec le plus de force, c’est l’ambition, cette maladie des rois qui fait mourir les peuples, l’ambition grande et généreuse dans Sésostris, l’ambition imprudente dans Idoménée, l’ambition tyrannique et misérable dans Pygmalion, l’ambition barbare, hypocrite et impie dans Adraste. »

Lorsqu’il se présenta à l’Académie, il n’avait composé qu’un ouvrage, « De l’Éducation des Filles », il fut élu le 7 mars 1693 en remplacement de Pellisson, et reçu par Bergeret le 31 mars 1693 (discours de réception.  Dans « De l’Éducation des Filles », il écrit: «  Dès qu’ils sont dans un âge avancé, où leur raison est toute développée, il faut que toutes les paroles qu’on leur dit servent à leur faire aimer la vérité, et à leur inspirer le mépris de toute dissimulation. (…) On leur enseigne la finesse qu’ils n’oublient jamais, il faut les mener par la raison autant qu’on peut»  

Le 29 janvier 1635, le cardinal de Richelieu signe les lettres patentes qui fondent l’Académie française. Son nom vient du jardin Akademos, à Athènes, où Platon enseignait la philosophie. L’Académie française est issue d’un petit groupe d’érudits qui se réunissaient chaque semaine chez l’un d’eux, Valentin Conrart, secrétaire du roi Louis XIII. L’habile cardinal de Richelieu a l’idée de s’attacher ces gens de lettres et de les mettre au service de l’État et de la monarchie. Il invite les érudits à se constituer en corps officiel et leur accorde sa protection.

La nouvelle Académie se voue à la langue française. L’article 24 de ses statuts énonce : «La principale fonction de l’Académie sera de travailler avec tout le soin et toute la diligence possibles à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et la science…» (Hérodote.net)

Cependant, ses prises de position envers la doctrine mystique de Mme Guyon et la violente contreverse qui s’ensuivit avec Bossuet, dans ce qu’on appellera la « querelle du quiétisme », provoquèrent son exil de Versailles pour Cambrai.

La lettre au Roi Louis XIV (Elle daterait de la fin de 1693) :

« La personne, Sire, qui prend la liberté de vous écrire cette lettre n’a aucun intérêt en ce monde. Elle n’écrit ni par chagrin, ni par ambition, ni par envie de se mêler des grandes affaires. Elle vous aime sans être connue de vous, elle regarde Dieu en votre personne. Avec toute votre puissance vous ne pouvez lui donner aucun bien qu’elle désire, et il n’y a aucun mal qu’elle ne souffrît de bon cœur pour vous faire connaître les vérités nécessaires à votre salut. Si elle vous parle fortement, n’en soyez pas étonné, c’est que la vérité est libre et forte. Vous n’êtes guère accoutumé l’entendre. Les gens accoutumés à être flattés prennent aisément pour chagrin, pour âpreté et pour excès ce qui n’est que la vérité toute pure. C’est la trahir, que de ne vous la montrer pas dans toute son étendue. Dieu est témoin que la personne qui vous parle le fait avec un cœur plein de zèle, de respect, de fidélité, et d’attendrissement sur tout ce qui regarde votre véritable intérêt.

Vous êtes né, Sire, avec un cœur droit et équitable, mais  ceux qui vous ont élevé ne vous ont donné pour science de gouverner que la défiance, la jalousie, l’éloignement de la vertu la crainte de tout mérite éclatant, goût des hommes souples et rampants, la hauteur, et l’attention à votre seul intérêt. »

Et cette vérité d’un monarque ayant concentré tous les pouvoirs ne tarde pas à apparaître dans toute sa cruauté : « Depuis environ trente ans, vos principaux ministres ont ébranlé et renversé toutes les anciennes maximes de l’Etat, pour faire monter jusqu’au comble votre autorité qui était devenue la leur parce qu’elle était dans leurs mains. On n’a plus parlé de l’Etat ni des règles ; on n’a parlé que du Roi et de son bon plaisir. On a poussé vos revenus et vos dépenses à l’infini. On vous a élevé jusqu’au ciel, pour avoir effacé, disait-on, la grandeur de tous vos prédécesseurs ensemble, c’est-à-dire pour avoir appauvri la France entière, afin d’introduire à la cour un luxe monstrueux et incurable. »

L’auteur, à plusieurs reprises, s’en prend donc à l’entourage du roi (dont il souligne au passage la « grossièreté d’esprit ») qui, pour lui complaire et en tirer les bénéfices, lui cache la vérité d’un pays exsangue et d’un peuple qui souffre ; il alerte en outre clairement le souverain sur la colère de ses sujets en un temps où les sondages d’opinion n’existaient pas : « Le peuple même (il faut tout dire), qui vous a tant aimé, qui a eu tant de confiance en vous, commence à perdre l’amitié, la confiance, et même le respect. » Le registre lexical se veut dramatique, alarmiste, puisqu’il est question de « sédition », de « désespoir », d’ « insolence des mutins », etc. Mais c’est envers le roi lui-même que les attaques se font les plus vives, y compris dans l’analyse de sa personnalité : «Vous êtes scrupuleux sur des bagatelles, et endurci sur des maux terribles. Vous n’aimez que votre gloire et votre commodité. Vous rapportez tout à vous, comme si vous étiez le Dieu de la terre, et que tout le reste n’eût été créé que pour vous être sacrifié. »

Nous ne sommes plus guère habitués, en ces temps tristement consensuels, au registre pamphlétaire. Cette lettre de Fénelon, ferme et vigoureuse, n’en a donc que davantage de portée. Si l’on en excepte certains aspects qu’elle aborde, tombés aujourd’hui en désuétude, sa valeur universelle, en matière de gouvernance, en fait un texte de référence. Une valeur si universelle que le lecteur ne pourra être accusé de mauvais esprit si, au tournant de plusieurs paragraphes, il y trouve des résonances étonnement contemporaines.

En 1695, il fut nommé archevêque de Cambrai. Le 1er août 1697, Fénelon reçoit l’ordre de se retirer  dans son diocèse. La publication en 1699 de son chef-d’œuvre, Les Aventures de Télémaque, qui, sous couvert de roman, n’en dénonçait pas moins, il est vrai, certains travers du royaume dans lesquelles ses contemporains verront une critique de la monarchie absolue, achèvera sa disgrâce.  

En 1699, il publie les « Aventures de Télémaque ». Marie-Thérèse Latzarus, première historienne du genre donne en 1924 à Fénelon un rôle de pionnier. « Pour la première fois au cours des âges, un enfant aura dans les mains avec les Fables, les Dialogues des morts et le Télémaque, des œuvres écrites pour lui dans sa langue et des œuvres qui se proposent de l’instruire en l’amusant »

En 1715, il fit un court voyage de visite épiscopale, « il versa dans un endroit dangereux, personne ne fut blessé, mais il vit tout le péril, et eut dans sa faible machine toute la commotion de cet accident. Il arriva incommodé à Cambrai, la fièvre survint, et les accidents tellement coup sur coup qu’il n’y eut plus de remède; mais sa tête fut toujours libre et saine ». Le médecin de Louis XIV (Chirac) constate une pneumonie. Le 7 janvier, il meurt à Cambrai. L’inhumation se fit le 8 janvier de manière très modeste.

La famille Fénelon

Jean de Salignac de la Mothe-Fénelon & Anne de Pellegrue

            (1558-1588)                (…-1598)

François de Salignac de la Mothe-Fénelon  & Marie de Bonneval

Pons de Salignac & Isabeau d’Esparbes

            François de Salignac….

            (1641-…)

Puis Pons de Salignac & Louise de Cropte Chanterac

François-Arnaud

(6 aout 1651 à Ste Mondane – 7 janvier 1715 à Cambrai)

Le père de Fénelon se nomme de Salignac Pons, seigneur et marquis de la Mothe-Fénelon, vicomte de Saint-Julien de Lampon, baron de Loubert, seigneur de Mareuil, de Montagut, d’Arnac, etc… Il naquit en 1601. Il épousa en premières noces, par contrat passé à Aubeterre, le 20 février 1629, Isabeau d’Esparbès de Lussan, fille de François, vicomte d’Aubeterre, maréchal de France, et d’Hippolyte Bouchard d’Aubeterre. Isabeau décéda en 1645. De leur union naquirent :  (d’après (Pierre Boulanger :- Manot en Charente Limousine).

1) François Pons.

2) Henri, né à Aubeterre et baptisé le 22 mars 1631.  Il fut page du roi, et décéda jeune vers 1646, à Saint-Julien de Lampon, de noyade.

3) Léon, dit le baron de Manot, né le 20 jin 1632 à Aubeterre.  Il fut page de la chambre du roi en 1646, et décéda jeune en 1649, à Saint-Germain en Laye.

4) Henri Joseph, seigneur de Meyrac.  Il épousa Diane Machat de Pompadour, dame de Château-Bouchet en Limousin.

5) François, dit l’abbé de Fénelon, (voir pages suivantes) né en 1641 à Aubeterre. Il eut la vocation d’être missionnaire en Nouvelle France, et fut envoyé pour fonder une mission sur la lac Ontario. Il sera ordonné prêtre à la cathédrale de Québec. Il fut alors impliqué dans une histoire où il intercédait pour un homme devant le comte de Frontenac, gouverneur du Québec. A la fête de Pâques suivante, son sermon fut mal interprété, et le gouverneur se sentit visé. Il s’en suivit un procès qui les mena devant Louis XIV à Versailles. Raison d’état oblige, Frontenac ne fut blâmé pour son autoritarisme qu’en privé, mais à François, il fut interdit de revenir au Canada. Il décéda 4 ans plus tard, en 1679, âgé de 38 ans, à l’abbaye des Minimes d’Aubeterre et fut enseveli dans le tombeau de ses ancêtres dans cette commune.

6) Marie, née en 1634. Elle épousa par contrat du 23 février 1653 Henri de Beaumont, seigneur de Gibaut, d’Usseau, de Saint-Germain et de Juillac, en Saintonge, maréchal de camp.

7) N., qui décéda jeune. 8) Paule, religieuse aux bénédictines de Notre-Dame de Saintes.

9) Angèle Hippolyte, qui épousa le 17 février 1665 Jean de Beaulieu, seigneur de la Filolie (Condat sur Vézère), de Gaubert et de Paulin en Périgord. Elle décéda en 1733.

10) Louis, qui décéda jeune.

11) François, alias Jean François, baron de Fénelon.  Il fit la guerre en Catalogne et participa à la lutte contre les Turcs. Il décéda à Charleville en 1674.

Pons épousa en secondes noces par contrat du Ier octobre 1647 Louise de La Cropte, fille de François, seigneur de Saint-Abre et de la Meynardie, et d’Antoinette Jousserand, dame de Beauséjour. (D’après le cardinal de Boisset, ce mariage se serait fait sur les Conseils de Saint-Vincent de Paul). De ce second mariage naquirent :

12) François Martial, né en 1648. Il mourut jeune à Paris le 2 novembre 1670 après avoir été séminariste à Saint-Sulpice.

13) François Armand, né ou baptisé le 6 août 1651 à Sainte-Mondane, au château de Fénelon. Il eut pour parrain son oncle François de SALIGNAC, évêque de Sarlat. Il eut comme surnom « Fénelon ». Après un séjour à l’université de Cahors, il se rendit à Paris, à 15 ans, sous la tutelle de son oncle, le marquis de Fénelon. Il entra à Saint-Sulpice, y fit sa théologie, et y reçut les ordres à 24 ans. En 1668, il était à Manot où il assista au mariage de sa nièce Anne Marie Louise avec David François de La Cropte. (Pierre Boulanger – Manot en Charente Limousine). Il fut envoyé en Saintonge et Poitou par Louis XIV, pour essayer d’y convertir les protestants, après la Révocation de l’Edit de Nantes (1685). En 1689, il fut nommé précepteur du duc de Bourgogne, Louis de France (1682-1712), petit-fils de Louis XIV. Il composa pour celui-ci plusieurs livres d’études, d’un caractère purement éducatif, comme par exemple :  » Fables », « les dialogues des morts », et les fameuses « Aventures de Télémaque ».  Il fut élu membre de l’Académie Française, nommé abbé de Saint-Valéry, puis archevêque de Cambrai le 4 février 1695. Il était aussi appelé « le cygne de Cambrai ».  (Les Aventures de Télémaque, parurent en 1699 chez Barbin, sans nom d’auteur, par l’infidélité d’un copiste. Cette publication, survenue peu après la condamnation des « Maximes des Saints », rendit irrévocable l’exil de Fénelon à Cambrai. Bossuet déclara l’ouvrage « peu sérieux et peu digne d’un prêtre ». Le roi crut y voir une satire de son règne et de son gouvernement. Le livre, supprimé en France, parut en Hollande avec un vif succès. En 1717, le marquis de Fénelon, neveu de l’auteur, en donna la première édition française.) Il décéda à Cambrai le 7 janvier 1715.

14) Henri Joseph, (alias Joseph François), seigneur de Saint-Abre et de Beauséjour, dit le comte de Fénelon.  Il épousa par contrat du 20 février 1694 Marie-Thérèse-Françoise de SALIGNAC, marquise de Magnac, sa cousine-germaine, veuve de Pierre de Montmorency-Laval, marquis de Laval-Lezay. Elle décéda en 1726. En 1706, il dotait de privilèges l’hôpital de Magnac-Laval. Il mourut à Paris le 2 mars 1735 à l’âge de 73 ans, sans postérité.

15) peut-être Louis, dit encore vivant en 1660. 16) peut-être Louise Pons de SALIGNAC décéda en 1663 et fut inhumé à Sarlat le 13 mars. Sa seconde épouse mourut  le 4 juillet 1690. La date exacte de son décès est inconnue. Il eut des gros problèmes d’argent, si bien qu’il dut vendre en 1631, pour 8500 livres, une partie de la terre de Loubert, avec sa justice, à François de Barbarin, seigneur de Chambes.

Après ce rappel concernant François Fénelon, archevêque de Cambrai, il faut évoquer maintenant les personnages de ce que certains ont appelé une tragi-comédie en Nouvelle-France les protagonistes sont François Marie Perrot, gouverneur de Montréal, Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, René-Robert Cavelier de La Salle  et l’abbé François  de Salignac de la Mothe-Fénelon dont nous venons d’évoquer la famille.

Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau

Ci contre: le château de Palluau-Frontenac à Palluau-sur-Indre

Il fut gouverneur général de la Nouvelle France, une des figures les plus turbulentes et les plus influentes de l’histoire du Canada, surtout connu comme l’architecte de l’expansion française en Amérique du Nord et défenseur de la Nouvelle France contre les attaques de la confédération iroquoise et des colonies anglaises.

Né le 12 mai 1622 à St Germain-en-Laye. Fils d’Henry de Buade, comte de Frontenac et d’Anne Phélypaux de Pontchartrain, fille d’un secrétaire d’état, nièce d’un autre et ayant pour parrain Louis XIII.

Il avait au moins deux sœurs…Il fréquenta certainement le collège Saint Sulpice, un collège des Jésuites à Paris.

Quand il ne se trouvait pas aux armées (où il fut blessé au bras droit…), il demeurait à la cour du roi. Comme d’autres nobles de son rang, il était d’une grande prodigalité, mais aussi criblé de dettes.

En octobre 1648, il épouse Anne de la Grange (en secret!) qui était « dit-on » d’une grande beauté, mais surtout qui devait hériter d’une fortune considérable (~1000 000 $ actuel). La comtesse de Frontenac fut admise dans l’entourage de la Grande Mademoiselle. Mais celle-ci finit par soupçonner que Frontenac et sa femme intriguaient contre elle, et elle les renvoya de sa maison. Madame de Monpensier dit un jour de lui : « Frontenac louait tout ce qui étoit de lui (…), même la viande qu’il mangeoit, selon ses dires, avait un autre goût sur sa table que celle des autres (…) Pour bien faire sa cour auprès de lui, il fallait admirer des chevaux très médiocres qu’il avait. Enfin, il est  comme cela sur tout ».

Après un séjour à Venise, durant trois ans, il est congédié….

Enfin, il est nommé au printemps 1672, gouverneur général de la Nouvelle France et le 28 juin 1672, il part de la Rochelle pour Québec.

Frontenac n’a pas voulu se rendre compte que, même si il était gouverneur général de la colonie, son autorité avait des limites bien nettes. Les instructions qu’il avait reçues du ministre lui prescrivaient de ne pas usurper les fonctions de l’intendant, du Conseil Souverain, ni celles des officiers des tribunaux de première instance.

La manière dont-il fit usage de ses pouvoirs ne tarda pas à le mettre en conflit avec le Conseil Souverain, le gouverneur de Montréal et plusieurs familles importantes de la colonie.

Le Conseil souverain de la Nouvelle-France (ou Conseil supérieur de Québec) est une institution établie par Louis XIV en avril 1663. Les trois principaux personnages à siéger au Conseil souverain sont le gouverneur, l’évêque et l’intendant. Ce dernier préside les délibérations. Tous les membres dépendent du Secrétaire d’État à la Marine de la France. Ceux-ci sont choisis parmi la noblesse française. Le Conseil souverain comprenait en plus neuf fonctionnaires, entièrement responsables de tous les sujets législatifs, exécutifs et judiciaires.

René-Robert Cavelier de La Salle

Frontenac était intimement associé à Cavalier de La Salle, à qui il procura toute l’aide possible en vue de la création d’un monopole de la traite dans la vaste région au sud des Grands Lacs. Cavelier de la Salle est né le 21 novembre 1643 à Rouen. Il étudia au collège des jésuites de sa ville, puis il entra au noviciat de la Compagnie de Jésus, où il va passer 9 années. Ensuite, il part à La Flêche, puis, il est professeur à Alençon, puis à Tours, puis à Blois jusqu’en 1666.

En 1666, il se fit relever de ses vœux pour « infirmités morales »

Il dispose de peu de ressources, mais comme il a grandi dans une ville tournée vers le Canada, il arrive dans la Colonie durant l’été 1667. Pendant plusieurs années, La Salle va découvrir la Nouvelle France. Il demeure aussi un personnage mystérieux et controversé. Un héros pour certains, un fou pour d’autres, il n’en reste pas moins qu’il mena une vie fascinante qui se terminera toutefois de façon dramatique.

Enfin, à l’automne 1673, La Salle revient à Montréal.

Il meurt le 19 mars 1687 près de Navasota, au sud-ouest de la colonie française de Louisiane, dans l’actuel État américain du Texas.

François Marie Perrot

Perrot est gouverneur de Montréal de 1669 à 1684 et de l’Acadie de 1684 à 1687. Il part une première fois de La Rochelle, mais son navire fait naufrage le 5 juillet 1669. En mai 1670, il repart, accompagné de Talon. Ses créanciers ne purent saisir ses biens, car il obtint du roi des lettres d’État qui le mettaient à l’abri de la confiscation pendant la durée de son service au Canada. En 1672, il obtient une concession seigneuriale d’une île situe sur le St Laurent. Il y établit un poste de traite et emploie des coureurs des bois pour devancer de la sorte les trafiquants de fourrure de Montréal.

En 1673, Frontenac établit au lac Ontario un poste de traite qui constituait une menace bien plus grave pour les commerçants deMontréal que les activités illégales de Perrot qui suscita un ressentiment bien plus considérable. Perrot et les gens de Montréal protestèrent avec énergie, et pendant quelques temps, ils furent unis dans leur opposition à l’égard de Frontenac.

Il fut nommé plus tard, gouverneur de l’Acadie de 1684 à 1687. En 1690, deux navires de pirates des colonies anglaises pénétraient dans le fleuve St Jean, près de Port Royal s’emparaient des vaisseaux français, en même temps que de Perrot. Persuadés qu’il avait caché de fortes sommes, les pirates le torturèrent pour le forcer à dévoiler sa cachette, sans qu’on sache s’ils y réussirent. Par la suite, un flibustier français le délivra puis le ramena à un port français. Il alla vivre à Paris et chercha sans succès à se faire nommer de nouveau gouverneur de l’Acadie. Il mourut le 20 octobre 1691, probablement des suites des tortures que lui avaient infligées les pirates anglais.

François  de Salignac de la Mothe-Fénelon

Il est né à Aubeterre, en 1641, sa mère est Isabeau d’Esparbes de Lusan. En 1617, son grand-père, François d’Esparbes de Lusan et sa femme fondent le couvent des Minimes. (La chapelle des Minimes à Aubeterre ci-dessus). C’est aujourd’hui une maison de retraite (propriété privée) et seule la chapelle se visite. Il est le frère de l’illustre archevêque de Cambrai, qui était de 10 ans plus jeune que lui. A 24 ans, François renonça au monde et au brillant avenir que lui promettait la noblesse de sa naissance, et les alliances nombreuses et puissantes de sa maison. « Nous avons eu dans notre famille plusieurs gouverneurs de  province, des chambellans des rois, des alliances avec les premières maisons de nos provinces… »Il entre au séminaire de St Sulpice le 23 octobre 1665. (Photo ci-dessus) Il ne tarde pas à s’enthousiasmer  pour les missions au Canada.

« Le roi désirait que le supérieur de St Sulpice envoie à Montréal de nouveaux « ouvriers évangéliques ». Il n’en fallait pas plus à Fénelon, il quitte tout à coup le séminaire en 1667 pour préparer son voyage. Mais son oncle, évêque de Sarlat, se montre mécontent d’une résolution qui contrarie ses projets, et il se plaint au supérieur de St Sulpice. La réponse est «  Sa résolution est d’une nature que je ne vois pas ce que je puis faire à présent, après ce que je lui ait dit avant son départ (…) mais son inclination et toujours aussi forte (…) » Quoiqu’il en soit, l’abbé François de Fénelon fut aussi inébranlable auprès de son oncle.

Il débarque le 21 juin 1667 à Québec en compagnie de l’abbé Trouvé.

Depuis quelques années, un certain nombre d’Iroquois (Tsonontouans par exemple) avait formé plusieurs villages, dont le plus connu est Kenté. Les Iroquois de Kenté avaient vu les « robes noires » dans leurs anciens villages, ils voulurent en avoir avec eux. « Ils n’étaient pas très pressés de se faire chrétiens, mais leurs vieillards avaient besoin d’être consolés, sans la robe noire, les enfants mourants ne pouvaient prendre la grande  voie des âmes ». Aussi quand au mois de juin 1668, le chef vint à Montréal pour demander des missionnaires, les abbés Fénelon et Trouvé étaient tout prêts à partir, ils reçurent les instructions pour partir… avec toutes les règles de conduite…Munis de leurs instructions, les deux missionnaires s’embarquent le 2 octobre 1668. Le voyage, c’est : « manier l’aviron sur le fleuve, porter les fardeaux pour éviter les rapides, souffrir de la faim, courir le danger d’être massacré…voilà ce que à quoi l’on devait s’attendre en mettant le pied dans un canot d’écorce »

« On ne peut pas être reçu avec plus d’amitié que nous reçurent ces barbares, chacun fit ce qu’il put ».

En 1668, Claude Trouvé et François de Fénelon, prêtres sulpiciens de France, établissent cette mission pour servir les Indiens Iroquois sur la rive nord du lac Ontario.

Kenté, le village de Cayuga qui avait demandé les missionnaires, devint le centre de la mission. Fénelon établit une nouvelle mission à Kenté. « Considérant que cette mission avait été entreprise à la demande des Iroquois, on conclut qu’on avait des marques suffisantes de Dieu (…) On envoya donc à Kenté des travailleurs pour y défricher des terres, d’autres ouvriers pour y bâtir une ferme avec une grande maison, qu’on fournit de tous les instruments d’agriculture (…) On y fit transporter à grands frais des bestiaux pour la culture des terres, de la volaille et d’autres animaux »

Des bâtiments ont été érigés dans ce village, probablement situé dans la région de Consecon, et le bétail a été amené de Ville-Marie (Montréal).

L’année suivante, l’abbé Fénelon fait un voyage en France, mais on en ignore les motifs. Peut-être le décès de son père ? Mais l’évènement fut la rencontre qu’il dut faire avec Frontenac, chez le marquis de Fénelon, son oncle.

Fénelon découvrant Niagara le 6 décembre 1678

On retrouve trace de l’abbé Fénelon, en Nouvelle France, le 7 novembre 1669 lors du mariage du Capitaine Sidrac Dugué, sieur de Boisbriand, capitaine au fort de Senneville avec Marie Moyen. Parmi les invités, se trouvaient Fénelon et Jeanne Mance. (Jeanne Mance, née le 12 novembre 1606 à Langres (Haute-Marne) et morte le 18 juin 1673 à Montréal (Canada), est une pionnière de la Nouvelle-France. Elle est considérée comme cofondatrice de Montréal, où elle a fondé puis dirigé l’Hôtel-Dieu. Elle est reconnue comme Vénérable par l’Église catholique et fêtée le 18 juin.)

En 1670, Fénelon lançait l’idée de creuser un canal entre le Lac St Louis et la rivière Saint Jean. 

« Ce passage me paroit assez aysé à racomoder en fesant un canal de cent cinquante pas dans l’endroit mesme où l’on faict le portage, qui est un terrain uni et à ce que je crois fort aysé à remuer. » C’est à l’endroit appelé les « rapides de Lachine », reconnut par Jacques Cartier dès 1535 qui de tout temps ont été un formidable obstacle à la navigation. Il faudra attendre le début du XIXème siècle pour que le rêve se réalise !

Lorsque Frontenac fut nommé gouverneur de la Nouvelle France en avril 1672 et il s’empressa, une fois installé à Québec, de donner à l’abbé Fénelon une marque de l’estime qu’il lui portait, en l’accueillant avec empressement.

A Montréal, on s’inquiétait de l’éducation des enfants indiens. On fit appel à Fénelon qui avait déjà l’expérience de la vie indienne. Il se fit concéder 3 îles sur le lac St Louis. Frontenac écrit à cette occasion : « Le grand zèle que le sieur abbé Fénelon a témoigné pour la propagation du christianisme dans ce pays et l’affection qu’il a fait paraître au service de  sa majesté, nous obligent de chercher toutes sortes de moyens de les reconnaître et de le convier à continuer le zèle qu’il a eu jusqu’ici ».

En 1685 une transaction enregistrée devant notaire faisait état d’un échange de propriété entre le Séminaire de St-Sulpice et Agathe de St-Père sur l’Ile Dorval. Cette demoiselle recevait « une grande maison avec deux caves, une grange, deux étables, une cabane, un puits, des jardins, des poulaillers,…le tout enclos de pieux de cèdres… ». Finalement le 29 janvier 1691, Agathe de St-Père, maintenant mariée, vend le domaine de La Présentation à un nommé Jean-Baptiste Bouchard sieur Dorval. C’est ainsi qu’apparaît, pour la première fois dans l’histoire, le nom par la suite associé à la ville de Dorval.

Revenons à Montréal

Ville de confluents, Montréal était une ville de commerce. Sa position lui a valu de devenir peu à peu la capitale économique du Canada. A l’époque de Frontenac, après avoir été une place d’armes de la croisade contre les Iroquois, c’était surtout un poste de traite, c’était le point de contact des Français avec les populations autochtones et le centre des opérations des coureurs des bois. Perrot était ambitieux. En 1671, dans un document daté du 14 mars et enregistré le 17 novembre au greffe de Montréal, il est spécifié que Perrot commandait sous l’autorité du Roi et des seigneurs du lieu, dans toute l’étendue de l’île de Montréal. Il protégeait ouvertement les coureurs des bois et délivrait les «congés de traite »

Il est difficile d’évaluer l’importance de la fourrure dans le développement historique de la Nouvelle-France. En effet, c’est cette ressource qui a incité les Français à établir une présence permanente dans la vallée du Saint-Laurent au début du XVIIe siècle et à poursuivre par la suite leurs activités dans la région des Grands Lacs, les vallées du Mississippi, de l’Ohio et de l’Illinois, et le bassin hydrographique de la baie d’Hudson. Dans ces vastes étendues du continent nord-américain, les Français ont lancé une entreprise commerciale ambitieuse en vue de répondre à la demande européenne de fourrure. Cette entreprise – appelée la «traite des fourrures », terme dont la simplicité n’est qu’apparenteavait des dimensions économiques, sociales et politiques complexes, et a façonné l’expérience coloniale française de diverses manières. Même si sa valeur annuelle était dérisoire par rapport à celle de la pêche à la morue dans l’Atlantique Nord, la traite des fourrures était le moteur économique de la Nouvelle-France : elle finançait des initiatives d’exploration, d’évangélisation et de peuplement tout en assurant un revenu aux habitants et en permettant aux autorités, aux marchands et aux investisseurs de faire fortune. De plus, la traite des fourrures a influé sur la mobilité et le peuplement en Nouvelle-France, car elle exigeait une main-d’œuvre itinérante et des postes de traite intérieurs. Certains de ces postes – Québec, Detroit et Green Bay, entre autres – sont devenus les noyaux d’agglomérations permanentes.

Durant l’hiver 1672-1673, Frontenac n’avait rien su de Montréal, faute de communications. Mais dès le printemps, il avait pu s’assurer que le désordre des coureurs des bois était imputable à Perrot.

Monsieur Perrot trouvait là un moyen d’augmenter sa fortune. Si des habitants protestaient, il les jetait en prison. Vers la fin 1673, le mal commençait à devenir général !

Lorsque Frontenac arrive dans la colonie, après 71 jours de navigation, son navire manque de faire naufrage àl’entrée du fleuve Saint-Laurent et le nouveau gouverneur arrive à Québec le 7 septembre 1672. Son « esprit est infecté de préjugés contre les jésuites, l’évêque, le Séminaire de Québec, contre leurs partisans imaginaires ou véritables ».Il écrit à Colbert le 2 novembre 1672 :« Il n’y a qu’à porter ici une robe noire, pour se croire indépendant et n’être point obligé de reconnaître aucune juridiction séculière ».

Qui ne connaît les tirades de ce Gascon de La Hontan, autre contemporain sinon favori de Frontenac, contre un régime où « les gouvernements Politique, Civil, Ecclésiastique et Militaire, ne sont pour, ainsi dire, qu’une même chose », et où les « Gouverneurs Généraux les plus rusés ont soumis leur autorité à celle des Ecclésiastiques ». Ceux de ces gouverneurs « qui veulent profiter de l’occasion de s’avancer (…)», assure La Hontan, « entendent deux messes par jour et sont obligés de se confesser une fois en vingt-quatre heures ».

Le nouveau gouverneur se permet aussi de retenir le courrier des missionnaires, celui qui vient de France aussi bien que celui qui va du Canada en France.

Malgré tout, le 9 janvier 1673, Fénelon obtient une concession : « Sur ce fief  était construite une maison de bois de 53 pieds de long, avec deux caves, l’une en maçonnerie et l’autre en bois, une cheminée aussi en maçonnerie, des cabanes, une grange et deux étables au bout, ensemble de 93 pieds de long, un poulailler, etc….»

Frontenac entreprit de remédier à cette situation concernant les coureurs des bois, mais il apporta à cette réforme, toutes les qualités et aussi tous les défauts de son caractère : il avait de la souplesse et de la soumission dans ses rapports avec la cour, mais pour ses « inférieurs », il leur faisait sentir son autorité et son despotisme.

Il fait bâtir un poste sur le lac Ontario en 1673, baptisé fort Frontenac par son associé René-Robert Cavelier de la Salle.

Il fit envoyer, sur ordre d’un juge, un sergent pour arrêter deux coureurs des bois logés chez un lieutenant de Perrot, Monsieur de Carion. La mission n’était pas facile à remplir. Le malheureux sergent fut insulté, maltraité et parait-il, jeté en prison.

Monsieur de Frontenac, apprenant l’outrage fait à la justice, envoya le lieutenant Bizard, lieutenant de ses gardes, arrêter de Carion. Perrot, en colère, va alors arrêter le lieutenant Bizard ainsi que son logeur, Monsieur Le Ber.

Monsieur de Frontenac comprit alors que pour le moment, la violence était inutile. Comptant sur l’amitié et le dévouement de l’abbé Fénelon, il lui envoie une lettre le priant de voir Perrot et de lui faire comprendre dans quelle position il s’est placé, et que le meilleur moyen de conjurer l’orage est de venir s’expliquer à Québec.

Perrot, cédant aux instances de Fénelon, sur sa qualité de parent avec Mme de Frontenac et de l’intendant Talon, se met en route. Mais, à peine est-il arrivé à Québec, qu’il se voit arrêté, emprisonné au château Saint-Louis.

On crut alors, du moins à Montréal, que Perrot avait été victime d’un guet-apens. Fénelon fut profondément blessé du rôle qu’on lui avait fait jouer dans cette affaire, sa bonne foi avait été surprise. Fénelon ne craignit pas d’agir et de parler ouvertement en faveur de Perrot, comme pour réparer le tort qu’il lui avait involontairement causé.

Ses premières démarches furent auprès du comte, qu’il tâcha de fléchir, mais toutes ses instances furent inutiles.

Fénelon, pour rendre service à Madame Perrot, alla dans la plupart des maisons de l’île de Montréal, pour leur proposer de signer un certificat portant simplement qu’ils n’avaient aucun sujet de plainte contre son mari.

Toutes ces démarches déplurent fortement à Frontenac qui les regardait comme un défi porté à son autorité. Mais arrêtons-nous le jour de Pâques, le 25 mars 1674.

Fénelon monta en chaire.

Il prit pour texte, l’Évangile selon St Jean. Dans son discours, il rappela que « le magistrat (…) avait autant d’exactitude à punir les fautes commises contre le service du Prince, que de facilité à pardonner celles qui attaquaient sa propre personne (…), il n’opprimait pas, sous des prétextes spécieux, les personnes revêtues aussi de l’autorité, et servant le même Prince, s’opposaient à ses entreprises, (…) qu’il faisait servir son pouvoir à maintenir l’autorité du Monarque, et non à son propre avantage (…)  ».

Ses remarques parurent des allusions blessantes, et les amis du pouvoir y virent une critique amère du gouverneur et de sa conduite arbitraire

Si n’importe quel autre prêtre avait tenu le même discours, personne n’aurait remarqué ce qu’il a dit, mais on savait que Fénelon avait pris le parti de Perrot. Ses paroles pouvaient donner lieu à des interprétations malveillantes, et il lui fallait de puissants motifs pour venir les jeter au milieu d’une assemblée où régnait déjà l’excitation.

Bien entendu, La Salle, avec la fougue de son caractère qui causa plus tard son malheur, ne manqua pas d’informer Frontenac. Il ne faut pas oublier que La Salle était tout dévoué au comte.

Frontenac demanda le texte du sermon à Fénelon, qui répondit qu’il n’était pas obligé de donner par écrit ce qu’il avait dit en présence de plus de 200 personnes.

Frontenac accusa Fénelon du crime de rébellion et de provocation à la sédition. Mais les lois défendaient aux magistrats et juges laïques de citer devant eux un prêtre en matière criminelle avant que son évêque l’eut jugé coupable. Dans le même temps, il faisait poursuivre avec vigueur les procès de Perrot, de De Carion et des coureurs des bois.

Mais le procès fut commencé et Fénelon fut assigné à comparaître devant le Conseil Supérieur. Deux fois, Fénelon récusa l’autorité du Conseil.

Enfin, Fénelon se décida à paraître devant le Conseil. Mais comme il en récusait la compétence, il ne voulut pas s’y montrer dans la posture d’un coupable, c’est à dire, debout et découvert. En entrant dans la salle, il s’avança vers la table, à l’extrémité de laquelle siégeait le gouverneur…Personne ne s’attendait à cet incident. Frontenac prit aussitôt la parole et lui dit qu’il devait rester debout pour entendre ce que le Conseil avait à lui demander. Fénelon, s’asseyant, lui répondit qu’il ne voulait pas déroger aux privilèges que les Rois donnaient aux Ecclésiastiques de parler assis et couverts. Frontenac lui répliqua que cette remarque ne s’adresse pas aux  ecclésiastiques cités pour les crimes dont on les accuse. Fénelon enfonça alors son chapeau sur la tête et se mis à se promener dans la salle. Il considéra que Frontenac l’avait insulté en le qualifiant de criminel et il répliqua que son prétendu crime n’était que dans la tête du Gouverneur. (…)

Cet incident se passa le 21 aout 1674.

Le procès va se prolonger, Fénelon déclarant qu’il ne reconnaissait pas le Conseil pour juge, et que « ce que le Conseil a fait ou pourra faire est nul ».

Les procédures vont se multiplier sans que Frontenac pût en tirer avantage.

Le 23 aout, Fénelon se présenta au Conseil et y présenta cette fois sa protestation par écrit, et il protesta contre l’incompétence des juges.

Il fut interdit à Fénelon de sortir de son lieu de résidence, mais toutes les ordonnances seront signées par le seul Frontenac.

Les Prêtres du Séminaire déclarèrent que sans M. La Salle qui était le moteur de tous ces démêlés, et que sans lui, personne n’aurait fait de remarque sur le serment prêché et qu’il n’y avait rien de blâmable dans ce discours …

M. d’Urfé fut menacé de prison par Frontenac pour lui avoir porté une lettre concernant Fénelon, et fit arrêter les deux personnes qui l’accompagnait….

En septembre, le Conseil comprit enfin qu’en cédant aveuglément à tous les désirs de Frontenac, il s’était laissé engagé dans une procédure irrégulière et chercha le moyen de s’en sortir. Par arrêts du Conseil rendus le 3 et 6 septembre,  il est demandé de renvoyer l’affaire au Roi. Frontenac eut le déplaisir de voir les conseillers se refuser à être plus longtemps les instruments de sa vengeance.

Mais en octobre, Perrot demande toujours que son procès soit envoyé à la Cour. 

En novembre, Frontenac se vit dans l’obligation de renvoyer en France Perrot et Fénelon, ce qu’il fit à son grand déplaisir. Il écrivit : « Je fais repasser M. Perrot en France, avec M. l’abbé de Fénelon, afin que vous jugiez de leur conduite »

Pour terminer cette histoire, il faut attendre avril 1675 et les réponses du Roi.

Pour Fénelon, il écrit : « J’ai blasmé l’action de l’abbé de Fénelon, et luy ay ordonné de ne plus retourner au Canada. Mais je doibs vous dire qu’il estait difficile d’instruire une procédure criminelle contre luy, n’y d’obliger un prestre du Séminaire de Saint-Sulpice de déposer contre luy. Il fallait le remettre en les mains de son évêque ou du grand vicaire pour le punir par les peines ecclésiastiques, ou l’arrester et le faire repasser ensuite en France par le premier vaisseau »

Quant à Perrot, le Roi écrivit à Frontenac: « Après avoir laissé quelques jours le sieur Perrot à la Bastille, je le renverrai dans son gouvernement, & lui ordonnerai auparavant de vous voir & de vous faire ses excuses de tout ce qui s’eft passé »

Colbert écrira en mai 1675 : « Sa majefté m’ordonne de vous dire que vous avez en cela passé les bornes du pouvoir qu’elle vous a donné … »

Rentré en France, l’abbé de Fénelon paraît s’être renfermé dans une grande solitude. Nous le perdons complètement de vue à partir de ce moment, sans pouvoir dire s’il se retira dans la communauté de St Sulpice ou chez son oncle, l’évêque de Sarlat. Il vécut complètement ignoré. Il disparaît de la scène du monde précisément au moment où son jeune frère commençait à y briller.

Sources :

Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours par François-Xavier Garneau

Cours d’histoire du Canada (tome 2, 1882) par Abbé J-B-A Ferland

Histoire de la Colonie Française en Canada (tome III, 1866) par Faillon

Histoire du Canada par M. de Belmont

Les deux abbés de Fénelon (1898), par l’Abbé H.A. Veneau

Frontenac et l’abbé Fénelon : une tragi-comédie judiciaire, par Lionel Groulx, Revue d’Histoire de       l’Amérique Française, volume 12 – n°3 – 1958

Le Comte de Frontenac, (Paris – 1895) par Henri Lorin

Vie de de Fénelon, par le Cardinal de Bausset, 1817

Salignac De La Mothe-Fénelon, François De,  Dictionnaire biographique du Canada, Olivier Maurault, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003

Buade, Louis de, comte de Frontenac et de Palluau, Dictionnaire biographique du Canada, par  W.J.Eccles, 

Cavelier De La Salle, René-Robert,  Dictionnaire biographique du Canada, par Céline Dupré

Perrot, François-Marie, Dictionnaire biographique du Canada, par W.J.Eccles

Le séminaire de Québec sous l’épiscopat de Mgr de Laval  par Noël Baillargeon, Presse de l’Université de Laval, 1972

Count Frontenac and New France Under Louis XIV par Francis Parkman

Fénelon et son double, Exposition, BNU & Université de Strasbourg, 2015

Château de Fénelon – 24370 Sainte-Mondane

Association  » Recherche de Fénelon »

BAnQ Québec, Fonds Conseil Souverain, Jugements et délibérations

Les Jésuites et la Nouvelle France, tomes II&III, 1895,par C. de Rochemonteix

Histoire populaire du Québec: Des origines à 1791, par Jacques Lacoursière

Iroquoisie : 1666-1687 par Léo Paul Desrosiers

La seigneurie de la Compagnie des Indes occidentales, 1663-1674, par Marcel Trudel

Site familial Chanterac.com

Archives de la marine, Paris

Archives du Séminaire de Saint-Sulpice, Paris

Séminaire de Saint-Sulpice de Montréal, Correspondance générale

Les Prêtres de Saint-Sulpice au Canada: grandes figures de leur histoire, Université de Laval

Les réseaux d’influence à Montréal au XVIIe siècle: structure et exercice du pouvoir en milieu colonial, (Thèse, Université de Montréal, 2008) par Léon Robichaud, Département d’histoire.

Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle, (Paris, Plon, 1974), par Louise Dechêne.

The Chronicles of Canada : Volume II- The Rise of the New France par George M.Wrong.

Pierre Boulanger – Manot en Charente Limousine

Bulletin d’Histoire Locale et de Marcophilie – Société d’Histoire Postale du Québec (2010)

François de Salignac-Fénelon, sulpicien : Son Mémoire sur le Canada [1670] par Armand Yon D. PH. – Les Cahiers des dix – 1970

Les écrivains célèbres de la France, ou Histoire de la littérature française depuis l’origine de la langue jusqu’au XIXe siècle (7e éd.)  par Daniel Bonnefon –  1895, Paris, Librairie Fischbacher.

François de Salignac Fénelon, prêtre – Le Canadien – 1641-1679 par Marcelle Lachance   

Une remarque :

Le nom de La Mothe-Fénelon n’est pas inconnu en Béarn. En 1568, une révolte se déclare en Béarn. Le roi Charles IX  envoie Bertrand de La Mothe-Fénelon auprès de Jeanne d’Albret. Il écrit : «  J’envoie La Mothe vers vous pour vous prier de regarder à remédier avecques la douceur que le mal de croisse et croire en cela mon conseil et le dict la Mothe de ce qu’il vous dira de ma part tout ainsi que vous feriés » (signé votre bon nepveu Charles). A sa demande, la princesse consent à pardonner au peuple, mais pas aux seigneurs qui avaient participé à la révolte.

Quelques mois plus tard, Jeanne, réfugiée à Nérac, fait alliance avec les protestants. La Mothe-Fénelon est envoyé de nouveau auprès d’elle, mais cette fois, sa mission reste sans résultat. Bertrand de la Mothe Fénelon sera par la suite ambassadeur auprès de la reine Elisabeth Ire d’Angleterre de 1568 à 1575.

Sa  correspondance concernant son séjour et ses activités en Angleterre sera publiée en 1599.

Jean Renault

Publié dans A-F, Personnages historiques | Laisser un commentaire

Le Traité de Paix de Vervins du 2 mai 1598

Par Marie-Hélène Morot-Sir

Permit à la France d’aller fonder la Nouvelle France.

Ce traité de paix négocié dès le début de l’année 1598, puis signé le 2 mai à Vervins, mettait fin à de longues années de conflits avec l’Espagne. Les négociations, présidées par Alexandre de Médicis, légat du pape Clément VIII, furent longues et difficiles. Aussi important qu’il fut pour faire cesser ces guerres entre les deux pays, les descendants de la Nouvelle-France, ne doivent pas occulter son grand intérêt.

Des accords entre Philippe II d’Espagne et Henri IV dénommés « clause secrète », mais appelés aussi « ligne d’amitié » eurent lieu au moment des négociations de ce traité. Elles leur permirent de s’entendre sur une réelle « ligne d’amitié dissipant les voies de faits de la part des Espagnols contre les activités des Français » permettant à la France de pouvoir établir officiellement des colonies en Amérique septentrionale et ainsi de fonder la Nouvelle-France, en commençant par Port Royal, en Acadie.

Les Espagnols renonçaient en faveur des Français à leur monopole accordé par le pape « les particuliers français pourraient désormais agir à leurs risques et périls sans que la paix ne fût troublée entre les deux nations »
Cette entente entre les deux couronnes française et espagnole modifia les célèbres arrêts du pape Alexandre VI – Rodrigo Borgia – lors du traité de Tordesillas le 7 juin 1494, signé presque cent ans auparavant, peu après la découverte de Christophe Colomb, contredisant formellement la Bulle papale Inter Caetera qui en 1493 avait précédée Tordesillas.

Carte du traité de Tordesillas

Tout avait commencé entre Ferdinand d’Aragon, Isabelle de Castille et Jean II du Portugal. Ces deux pays ayant envoyé la majorité des explorateurs au cours du 15ème siècle, ils comptèrent sur le pape, chef de l’Église catholique romaine, pour légitimer leurs revendications à mesure que leurs recherches prenaient de l’expansion. Lorsqu’ils avaient appris qu’il y avait des terres de l’autre côté de l’Atlantique les Européens avaient compris qu’il s’agissait des vastes continents de l’Amérique du Nord et du Sud, des conflits avaient émergé pour savoir qui avait des droits sur ces territoires.

Il y eut alors deux Bulles du Pape, importantes : Aeterni regis en 1481 dont les avancées avaient donné au Portugal tous les territoires d’Afrique à condition de les évangéliser, et les îles Canaries aux Castillais d’Espagne puis, en 1493, peu après les découvertes de Christophe Colomb faites sur des navires espagnols, la Bulle Inter Caetera donnant cette fois des avantages plus conséquents à l’Espagne en déplaçant le méridien précédemment tracé, pour donner à ce pays un contrôle en Asie, tout en permettant aux Portugais de prendre de l’expansion au Brésil.

« Le doigt du Pontife traçait une ligne sur le globe terrestre et les deux nations la prenaient pour une limite sacrée » Ce Pape Alexandre VI avait ainsi partagé le monde en deux, en faveur des Espagnols et des Portugais, à partir d’une ligne joignant les deux pôles, située à cent lieues à l’ouest des Açores. Tout ce qui était à l’Ouest appartiendrait désormais au roi d’Espagne, tout ce qui était à l’Est au souverain du Portugal.

Le Trait de Tordesillas

Il y eut néanmoins de nouvelles discussions. Elles ne cessèrent qu’avec le traité de Tordesillas le 7 juin 1494.
Ce traité reprenait la Bulle Inter caetera mais faisait officiellement de l’Atlantique Sud une mer portugaise, assurant à ce pays le contrôle de la route du Cap et la libre navigation vers les terres de l’Ouest, notamment le Brésil puisqu’en 1500 Pedro Alvarez Cabral le découvrira, et il deviendra de facto Portugais.

C’est ainsi que les rois du Portugal et d’Espagne, avec l’aval du pape au Traité de Tordesillas, s’étaient partagés le monde, alors le Roi de France François Ier, aura cette phrase, restée célèbre, adressée à Juan II du Portugal, au moment des rivalités entre les Habsbourg de Madrid :
“ Le soleil brille pour moi comme pour tous les autres. Puisque vous et le roi d’Espagne avaient décidé de vous partager le monde, je vous serais très obligé de me communiquer la copie du testament de notre père Adam, qui vous institue seuls légataires universels et m’exclut ainsi de ce partage !

Mais à cette époque où il n’était pas de mise de se faire excommunier par le Pape, François Ier dut agir avec diplomatie avec ce dernier.

L’entente de Vervins entre l’Espagne et la France changea bien des choses.

Signature du traité de paix de Vervins, huile sur toile de Gillot Saint-Evre, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, 1837.

Les Français pourront dès lors traverser officiellement l’Atlantique « sans molestation » ils auront désormais la possibilité de s’installer en vertu de cette « ligne d’amitié » tracée du Nord du Tropique du Cancer, et à l’Est du méridien de l’île de Fer (Hierro) la plus méridionale et occidentale des îles Canaries et jusqu’en Amérique.

Henri IV

Henri IV put donner à partir de là une véritable impulsion aux expéditions de l’autre côté des mers, contrairement à François Ier qui n’avait pu agir librement, étant obligé de montrer une grande réserve, et de tenir compte de la décision du Pape, tandis que l’Espagne et le Portugal grâce à l’appui de ce dernier avaient depuis longtemps fait de grandes avancées maritimes, ayant même déjà édifié leur empire. La France ne pourra donc se lancer que fort tard, à cause de ces décisions papales arbitraires, elle arrivera de ce fait en dernier dans les parages, n’ayant pas pu avoir jusque-là de véritable politique maritime.
Seuls des particuliers français avaient pu parcourir les mers, il y avait bien eu en 1504 un capitaine de Honfleur qui était parti pour les Indes (les vraies !) par le cap de Bonne Espérance. Cependant surpris par une terrible et importante tempête, au sud de l’Afrique, il fut obligé d’y rester quelques mois, et en définitive, son expédition tombera à l’eau, si l’on peut dire !
On avait bien assisté à d’autres tentatives, ainsi l’amiral de Coligny avait formé son grand projet d’installer des Huguenots en Floride et au Brésil mais ces expéditions avaient mécontenté successivement les Portugais au Brésil et les Espagnols en Floride, des affrontements avaient eu lieu, cela en était resté là !

francois1er

François Ier après avoir exprimé son mécontentement de la décision papale avait malgré tout envoyé Jean de Verrazano remonter les côtes Est de l’Amérique, de même il y avait eu les explorations suivies de tentatives d’implantation de Jacques Cartier, elles se sont terminées avec celle de Roberval qui lui n’avait fait que passer !

Henri IV avait compris que les expéditions isolées des navigateurs ne pourraient jamais rien donner, à part quelques avantages à ceux qui les entreprendraient, il fallait que la Couronne française dirige le mouvement, coordonne les efforts, apporte son appui aux commerçants en facilitant l’émigration et colonise elle-même. C’est pourquoi à partir de Vervins qui lui donnait enfin la liberté officielle de le faire, Henri IV engagea la France dans une véritable politique d’expansion, s’employant dès lors, tout comme la Hollande ou l’Angleterre à s’appuyer pour cela sur des compagnies de commerce.

Mais que s’était-il passé pour que le roi d’Espagne Philippe II accepte si facilement la demande d’Henri IV, pendant les négociations du traité de paix de Vervins?

Durant les guerres de religion la Ligue catholique défendait la religion, rejetant l’attribution de places de sûreté aux protestants ce qui avait entraîné la révolte de certains catholiques comme jacques d’Humières gouverneur de Peronne. Ayant refusé de remettre les clefs de la ville aux protestants toute la Picardie s’était aussitôt ralliée, suivie par d’autres régions.
Les succès de la Ligue devenaient un réel danger pour la monarchie.

Depuis 1582 le roi d’Espagne Philippe II apportait son soutien financier à cette Ligue, dans le but d’affaiblir le roi de France Henri III, son rival sur le plan européen. Ces guerres de religion françaises arrangeaient particulièrement les Espagnols qui en avaient profité les années précédentes pour agir au Nord des Pyrénées.

En 1584 au décès de son frère, François, duc d’Anjou, Henri III n’ayant plus d’héritier, reconnaît son cousin et beau-frère Henri de Navarre comme son successeur sur le trône de France. Ce dernier fils d’Antoine de Bourbon, chef de la maison des Bourbons, est un descendant de Louis IX, mais la protestation des catholiques est d’autant plus virulente qu’il est protestant.
La huitième guerre de religion en 1585 trouble à nouveau le pays.
La bataille de Coutras en octobre 1587 se termine par une grande défaite de la ligue devant Henri de Navarre et les protestants, plus de deux mille catholiques périrent ainsi que le duc de Joyeuse.
Rien ne s’arrange, bien au contraire, les membres les plus extrêmes font régner la terreur sur Paris, c’est pourquoi le roi se voit dans l’obligation de faire exécuter le duc Henri de Guise chef de la Ligue, ainsi que d’autres ligueurs comme le prince de Joinville en 1588.
Le duc Charles de Mayenne, propre frère d’Henri de Guise, prend la tête de la Ligue, toutes les régions tenues par la ligue se soulèvent contre le roi, et Henri III est finalement assassiné par jacques Clément, membre de cette ligue le 1er août 1589.

Au milieu de ce trouble, Henri IV arrivé sur le trône après l’assassinat de son beau-frère et cousin Henri III essaie de s’imposer. Il doit pour cela s’employer à faire une longue reconquête des catholiques Français qui ne le reconnaissent pas pour roi. Il abjure alors sa foi, en juillet 1593 espérant apaiser les choses, puis après son couronnement à Chartres le 27 février 1594, il entre à Paris. Pourtant de son côté l’Espagne continue à soutenir la ligue catholique en envoyant ses troupes espagnoles, les tercio, des fantassins professionnels très entraînés.

Henri IV excédé déclare la guerre à l’Espagne, le 17 janvier 1595, le royaume est exsangue et épuisé par ces interminables guerres civiles qui durent depuis une génération ! Cela semble donc bien périlleux, mais démontre une extraordinaire habileté politique, en effet en déclarant ainsi la guerre à l’Espagne, Henri IV va réussir à rassembler des Français déchirés contre un ennemi commun, et les ligueurs non ralliés passeront pour des traîtres à leur pays.
C’est également d’une grande audace parce qu’il va falloir affronter ces fameuses formations d’infanterie espagnoles, les tercios, elles ont fait preuve, bien des fois, de leur efficacité sur les champs de batailles européens, elles constituent un danger réel pour leurs adversaires.
Les premières opérations militaires débutent bien pour les Français, malgré l’infériorité des troupes, Henri IV fait preuve d’une grande témérité en se portant aux avant-postes, pour fondre sur l’avant-garde espagnole, trop bien renforcée par les troupes ligueuses. Après bien des luttes, une victoire française a lieu à Fontaine française, le 5 juin 1595. Cette victoire marque le début de la fin pour cette Ligue, en effet on assiste à la soumission au roi de Charles de Mayenne, ce qui déroute la grande majorité des ligueurs, même si certains parmi les plus fanatiques continueront encore à faire de la résistance, en passant aux Pays Bas Espagnols !
Après Henri de Turenne qui gagne à Ham, puis l’entrée triomphale d’Henri IV à Lyon en septembre 1595, les années 96 voient un sursaut des Espagnols avec la prise de Cambrai, suivie de celle de Calais, mais cela s’aggrave en mars 1597, lorsque les Espagnols déguisés en marchands de noix prennent Amiens, grande cité picarde. Amiens étant la place défensive de Paris, Henri IV part immédiatement avec Maximilien de Béthune, futur duc de Sully, pour reprendre Amiens, les Espagnols surpris de cette arrivée si rapide des troupes françaises s’enferment dans la ville…. le siège durera six mois, mais enfin le gouverneur espagnol capitulera en septembre 1597.

Cette victoire décisive va permettre de contraindre le roi l’Espagne à la paix, d’autant plus que l’Espagne est à bout de souffle, elle subit des difficultés financières, sociales et économiques importantes, et toute sa flotte vient d’être incendiée dans le port même de Cadix, par les Anglais au mois d’avril 1587 !

La Paix de Vervins permet à Henri IV de mettre fin aux guerres civiles qui ruinent le royaume après quarante ans d’affrontements plus ou moins directs avec l’Espagne. Cela fut ressenti comme un véritable soulagement dans tout le royaume !
En position de force, il peut exiger de l’Espagne la restitution de certaines villes du Nord, mais aussi amener Philippe II à cet accord inespéré, celui de partager son monopole octroyé par le Pape, donnant ainsi officiellement le droit à la France de traverser les mers, et d’envoyer des colons sur les «Neuves-Terres».
Désireux de poursuivre en Amérique la politique expansionniste de François Ier, Henri IV va être, désormais, à l’abri de toute contestation.
Un alinéa discret est ajouté au traité.

La Nouvelle France va bientôt voir le jour …

*Marc Lescarbot originaire de Vervins, où il était né en 1570 avait apporté une modeste contribution en tant qu’avocat aux négociations, en écrivant un discours ainsi qu’un poème. Il suivra plus tard Samuel de Champlain à Port Royal et participera à l’Ordre de Bon Temps pour distraire le petit groupe de Français à Port Royal, au cours de l’hiver 1606-1607, terriblement glacial.

Marie-Hélène Morot-Sir est auteure de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au coeur de la Nouvelle France – …

Publié dans Histoire, Histoire et patrimoine | Laisser un commentaire

Le massacre de la chandeleur ou le Raid sur York

Le 2 février 1692

Une semaine après que deux filles à Salem aient commencé à avoir des crises étranges, le massacre de la Chandeleur  a effacé le village d’York dans le district de Maine.

C’était la nuit enneigée du 24 janvier 1692. Le chef Madockawando (le beau-père du Baron de Saint Castin) et le Père Louis-Pierre Thury ont mené environ 150 à 200 abénakis dans la ville de York (Alors dans le district du Maine). Ils ont attendu l’aube. Ils ont tué ou capturé environ 150 personnes et ont brûlé presque toutes leurs maisons.

Ce massacre de la Chandeleur  a eu lieu au milieu de la guerre du roi Guillaume, l’une des guerres française et indienne qui s’est déroulée de façon intermittente en Amérique du Nord de 1689 à 1763 contre les anglais.

Le massacre aurait eu  un impact sur  les procès en  sorcellerie de Salem et  également sur le guerre connue  sous le nom de « guerre de père Rale ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 93_01.jpg.

Le révérend George Burroughs, a décrit le massacre de la chandeleur qui d’après lui annonçait les épreuves de sorcellerie de Salem:

Le gouverneur Edmund Andros en 1686 a ordonné un raid sur la maison du baron Saint-Castin , installé à Pentagouet (aujourd’hui Castine) dans le Maine.  Saint-Castin a riposté en détruisant le fort anglais à Pemaquid en 1689.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 93_02.jpg.
Jean-Vincent d’Abbadie

En 1692, Madocawando, sachem dans la bande de Penobscot de Wabanakis, a mené le massacre de « Candlemas ». Il était connu pour son courage, sa haine contre les Anglais

Le massacre de la Chandeleur n’était pas une surprise complète. Shubael Dummer, fondateur de la première église paroissiale de la congrégation de York, avait été invité à quitter le village en raison des troubles dangereux. Bien qu’incité de façon pressante de quitter sa place, quand les  hostilités indiennes s’intensifièrent, il choisit plutôt par affection paternelle de rester parmi ses paroissiens.

Plaque marquant l’endroit où les assaillants ont quitté leurs raquettes

Plaque marquant l’endroit où les assaillants ont quitté leurs raquettes

Le 24 janvier 1692, Madocawando et le missionnaire français Louis Pierre Thury ont mené jusqu’à 300 Français et Abenakis en raquettes du Canada à York. Avant l’aube, ils ont empilé leurs raquettes de neige à côté d’une grande roche et se sont glissés dans la ville. (Une plaque commémore cet évènement) Il faut se rappeler que le missionnaire L.P. Thury vivait à Pentagouet (Castine, Maine), près de Jean-Vincent d’Abbadie de Saint-Castin, où il demeura huit ans. Il acquit une grande influence sur les Abénaquis et prit part à leurs expéditions. En 1689, il accompagna Saint-Castin dans le raid qui détruisit Pemaquid, et en a laissé un récit détaillé. Mais revenons à York.

« Les habitants étaient dans leurs maisons non gardées, ici et là éparpillés, silencieux et sécurisé ». Prenant les maisons une par une, les guerriers ont tué les habitants et le bétail,  en ont capturé d’autres et ont brûlé la plupart des bâtiments.

Shubael Dummer a été abattu devant sa propre porte d’entrée en essayant de s’échapper sur son cheval. Les Indiens l’ont dépouillé de ses vêtements et mutilé son corps. Sa femme Lydia et leur petit fils étaient parmi les captifs forcés de marcher dans la neige jusqu’au  Québec.

 » Un sauvage plein de sang, délibérément, pour ridiculiser  le caractère ministériel de M. Dummer, a mis ses vêtements, en présence des captifs   » selon l’historien William Williamson .

Quand les Indiens ont envahi la maison des Moulton, Jeremiah de quatre ans se cachait sous le lit. Au milieu de cris et de rires, ils ont enfoncé une hache dans la tête de sa mère, puis ont frappé son père. Jeremiah regarda les Indiens scalper ses parents. Après leur départ, il resta sous le lit jusqu’à ce que la maison prenne feu. Il a couru de la maison vers un groupe d’hommes qui se sont révélés être des Indiens, qui l’ont attaché avec les autres.

Le capitaine John Floyd avec un petit groupe de miliciens s’est précipité au secours des habitants depuis Portsmouth, au nord-ouest. Ils ont découvert environ 18 maisons brûlées, la prison et le fort étant restés debout. Floyd et ses hommes ont enterré 48 personnes dans une fosse commune avec un nombre non enregistré de petits enfants.

Les captifs ont été emmenés au Canada, où certains ont été rachetés par le capitaine John Alden Jr., fils de John Alden et Priscilla Mullins de la colonie de Plymouth . Lydia Dummer a été libérée, mais séparée de son fils. Elle s’est rendue au Québec à trois reprises pour le retrouver, mais elle n’a jamais vu ni entendu parler de lui.

Jeremiah Moulton réapparut pendant une autre guerre française et indienne  que l’on l’appelle aussi la Guerre du père Rale , après que le père Sébastien Rale ait dirigé une alliance d’Indiens Wabanaki du côté de la Nouvelle-France.

En 1724, Jeremiah Moulton a conduit 200 hommes à la colonie Wabanaki de Norridgewock pour tuer le père Sebastian Rale et abattre les Indiens. Les Anglais ont tué Rale et 80 Abenakis, dont deux douzaines de femmes et d’enfants

Moulton revient à York et devient shérif. En 1719, il reconstruisit la prison. Aujourd’hui, il reste le dernier bâtiment public connu de l’ère coloniale.

Plus tard en 1692, John Alden et John Floyd ont été accusés de sorcellerie dans les épreuves de sorcellerie de Salem en raison de leur participation au massacre de la Chandeleur. Alden s’est échappé de la prison à New York. Floyd n’a jamais été exécuté, mais on ne sait pas pourquoi ?

Publié dans Histoire, Histoire et patrimoine | Laisser un commentaire

Nathan Hale

L’année 2017, le 14 juillet va revêtir un aspect particulier, puisque le Président des Etats-Unis sera présent pour fêter les 100 ans de l’entrée en guerre des Etats-Unis durant la première guerre mondiale. Profitons-en pour évoquer «L’esprit de 76», en référence à la mort en 1776 de Nathan Hale.

Les Etats-Unis, qui avaient d’abord résolu de rester neutres, en 1914, sont entrés en guerre, le 6 avril 1917, aux côtés de l’Entente –France, Royaume-Uni, Russie –et de ses alliés –Belgique, Serbie, Japon, puis Italie, Roumanie, Portugal, Grèce et Chine. La « guerre sous-marine à outrance » décidée par les Allemands qui torpillent les navires commerciaux neutres et leurs intrigues au Mexique ont précipité les Américains dans l’autre camp.

Un américain va servir de symbole pour cette guerre. C’est Nathan Hale. Nathan Hale, né le 6 juin 1755 et mort le 22 septembre 1776, était un soldat de l’Armée continentale pendant la guerre d’indépendance des États-Unis.

Aujourd’hui, peu de personnes savent comment les images de Nathan Hale et de la Révolution américaine ont été relancées pendant l’ère de la Première Guerre mondiale.

Un monument en bronze de Nathan Hale se trouve sur le Vieux Campus de l’Université de Yale, à proximité de Connecticut Hall, où Hale a séjourné comme élève.

Les guides touristiques étudiants qui ont permis aux familles qui souhaitent visiter l’école s’arrêtent toujours à Hale. Ils s’arrêtent pour raconter l’histoire du jeune professeur/espion qui a été pendu par les Britanniques en 21776, seulement quelques mois après que Thomas Jefferson ait écrit la Déclaration d’Indépendance.

Hale était un puissant symbole d’héroïsme et de sacrifice pendant la Première Guerre mondiale. Il y en avait d’autres, mais pas aussi populaire que «l’Esprit de 76», un pastiche de sentiment codifié dans une peinture de 1876.

L’esprit de 76 par Archibald MacNeal Willard.

Plus significativement, l’Esprit de 76 est apparu dans une peinture à l’Exposition Centennale de Philadelphie en 1876, le centenaire de la fondation du pays. Archibald MacNeal Willard, un vétéran de la guerre civile a peint la toile après avoir vu un défilé patriotique.

L’Esprit de 76 a d’abord pris forme juste après la guerre révolutionnaire, lorsque les arguments sur la structure du nouveau gouvernement ont menacé la stabilité du nouveau pays. En regardant les jours débiles de 1775 et 1776, des patriotes comme Thomas Jefferson ont pris leurs stylos et se sont référés aux idéaux de «la vie, de la liberté et de la poursuite du bonheur».

Au lieu de disparaître avec la première génération de révolutionnaires, l’Esprit de 76 a été relancé encore et encore au cours du siècle suivant et au-delà .

Willard a peint plusieurs versions de l’Esprit de 76 (l’original se trouve dans Abbot Hall à Marblehead, Mass.). Son image du batteur, du flûtiste avec la tête bandée et du vieillard, battant au milieu d’une terrible bataille, a été reproduite d’innombrables façons depuis sa création.

Casque Brodie avec image de Paul Revere

Les Doughboys de la Division Yankee ont peint des insignes de Paul Revere’s Ride (Division Headquarters Troop) et le Bunker Hill Monument sur leurs casques. L’image est devenue un symbole de la division yankee dans son ensemble, car elle a été formée par des unités de la garde nationale de la Nouvelle-Angleterre.

La bataille de Seicheprey a été l’une des premières batailles pour les Américains sur le front de l’ouest, impliquant le 102e régiment (avec des membres principalement du Connecticut, du Vermont et du Massachusetts) de la division Yankee.

Il n’est pas surprenant que le Nathan Hale Monument ait été identifié comme significatif pendant la duréede la Première Guerre mondiale. Hale était jeune et inexpérimentée,comme les premiers «doughboys»sur le front, mais ses mots -« Je regrette seulement que je n’ai qu’une vie à perdre pour mon pays » -étaient l’essence même de l’Esprit de 76.

L’Esprit de76 au défilé en 1817 (ci dessous)

L’Esprit de 76 s’est éteint après la fin de la guerre, pour être relancé à nouveau pendant la Seconde Guerre mondiale et plus tard lors des célébrations du Bicentenaire du pays. Il y a l’histoire et le mythe, le symbolisme et l’esprit enveloppés dans l’Esprit de 76, quelque chose d’un peu plus profond que l’ oncle Sam , peut-être, cette autre image célèbre repris pendant la Première Guerre mondiale.

Ce texte est écrit d’’après un texte de Laura A. Macaluso, publié dans New England Historical Society.

Ce texte a déjà été publié dans la lettre n°90 du 1er juillet 2017 

Publié dans G-L, Personnages historiques | Laisser un commentaire

Henri IV et les débuts de la Nouvelle France

Par Eric Thierry

Lorsque Champlain fonde Québec en Juillet 1608, Henri IV règne sur la France et sur la Nouvelle France. Les deux hommes se connaissent bien. Après chacun de ses voyages, l’explorateur rencontre son souverain et s’entretient longuement avec lui. Plus tard, quand Louis XIII régnera, Champlain se souviendra avec nostalgie du « Feu Roi Henri le Grand ». Il faut dire  que l’intérêt de ce dernier pour l’Amérique est bien antérieur à sa montée sur le trône en 1589, qu’il a été entretenu par plusieurs de ses proches serviteurs et qu’il a grandement facilité les fondations de l’Acadie et de Québec.

Un intérêt pour l’Amérique né de la guerre de course

Jusqu’en 1589, Henri IV est appelé Henri de Navarre, car il est le fils d’Antoine de Bourbon, descendant de saint Louis, et de Jeanne d’Albret, reine de Navarre. Sa naissance et sa foi lui valent d’être à la tête des protestants français engagés  dans une lutte sanglante contre leurs compatriotes catholiques depuis 1562. Ces guerres de religion, qui se succèdent avec de courts répits, sont non seulement de terribles guerres civiles, mais aussi  des conflits internationaux de grande envergure. Henri de Navarre est soutenu par l’Angleterre anglicane et les États évangéliques d’Allemagne et tous cherchent à affaiblir l’Espagne qui est à la tête du camp catholique en Europe.

Obligé de s’intéresser très tôt aux problèmes français et européens, le futur Henri IV manifeste, dès 1568, de l’intérêt pour les questions maritimes et coloniales. Le jeune adolescent de quatorze ans se trouve alors dans le grand port atlantique de La Rochelle en compagnie de sa mère et de l’amiral de France, Gaspard de Coligny.  Ensemble, en septembre, ils créent « l’Armée de Mer » des huguenots, une flotte chargée de défendre leur cause et de la financer, en s’emparant de navires catholiques, quelle que soit la nationalité de ceux-ci, qu’il s’agisse de galions ibériques chargés de métaux précieux du Nouveau Monde ou d’épices d’Asie, ou de terre-neuvas basques ou bretons remplis de morues, d’huile de baleine ou de fourrures.

Henri de Navarre devient vite le chef incontesté de ces corsaires huguenots puisque c’est lui qui signe leurs lettres de course en tant qu’amiral de Guyenne – charge qu’il occupe depuis 1563 et qui place sous sa juridiction tout le littoral atlantique français – et roi de Navarre, après la mort de Jeanne d’Albret en 1572. Cela lui vaut

de recevoir une partie des prises et de pouvoir s’entretenir fréquemment avec les marins qui combattent en son nom. L’un des plus fameux est le normand Jacques de Sores. Bien connu pour ces faits d’armes, surtout la prise de la Havane à la tête de l’escadre huguenote à partir de  1569, en remplacement du sieur de la Tour.

Francis Drake

L’ouverture maritime du futur Henri IV doit aussi beaucoup à son plus proche conseiller à partir de 1576, Philippe Duplessis-Mornay. A l’occasion des ses séjours en Angleterre et de ses rencontres avec des corsaires d’Elisabeth Ier, dont Francis Drake en 1577, celui-ci a acquis la capacité d’élargir sa réflexion à l’ensemble de la planète.  En témoigne son Discours au roi Henri III sur les moyens de diminuer l’Espagnol. Il y écrit qu’en attaquant l’empire colonial du roi d’Espagne Philippe II simultanément dans l’isthme de Darien, en Méditerranée en s’emparant  de Majorque, et en direction des Indes orientales en rouvrant, grâce à l’alliance du Turc et de Venise, la route de Suez pour faire  affluer au moindre coût les épices d’Insulinde, on pourrait bloquer les flux croissants d’hommes et de marchandises qui profitent en toute exclusivité à l’hégémonie espagnole.  Grace à lui, Henri de Navarre comprend que la victoire sur l’Espagne ne doit pas être obtenue seulement sur le continent européen, mais aussi outre-mer. 

Une fois devenu roi de France, à partir du 2 août 1589 à la mort de son cousin Henri III, Henri IV manifeste encore beaucoup d’intérêt pour les questions maritimes et coloniales. Comme ses prédécesseurs de la dynastie des Valois, il conteste le traité de Tordesillas de 1494 dans lequel l’Espagne et le Portugal se sont partagé l’Amérique. Aussi, lors des négociations  qui aboutiront à la paix franco-espagnole de Vervins conclue le 2 mai 1598, réclame-t-il le droit pour les Français de faire du commerce  dans les colonies ibériques, mais comme il se heurte au refus total de Philippe II, il encourage en sous-main ses sujets à organiser des expéditions de piraterie dans la mer  des Caraïbes et au large du Brésil.

Henri IV s’intéresse également à Terre-Neuve, au golfe du Saint-Laurent et à l’Acadie, dont il connait l’importance, pour l’économie française des richesses en morues et en fourrures. Il sait que les corsaires anglais sont de plus en plus présents  dans ces eaux en ces années 1590. Les prises de morutiers français se multiplient et lorsque ceux-ci ne sont pas originaires d’un port ligueur encore insoumis, leurs propriétaires se plaignent auprès de son ambassadeur à Londres ou vont à la cour pour lui demander d’intervenir personnellement.  Il n’ignore pas que l’Angleterre cherche à s’approprier les pêcheries terre-neuviennes. En 1597, une expédition anglaise dirigée par Charles Leigh est lancée pour créer un établissement permanent sur les îles de la Madeleine. Ayant quitté Londres le 18 avril, l’expédition atteint  sa destination le 28 juin, mais ses membres ne peuvent pas débarquer à cause de l’opposition des équipages de deux navires bretons et de deux vaisseaux basques soutenus par trois cents autochtones micmacs. Ils reviennent en Angleterre le 15 septembre.

Henri IV réagit d’autant plus fermement qu’il se souvient que Cartier et Roberval ont pris possession du Canada au nom de François Ier et qu’une loi fondamentale oblige le roi  de France à ne pas laisser à son successeur un territoire diminué, puisqu’il n’est que l’usufruitier et non le propriétaire de la couronne. Le 12 janvier 1598, il fait de La Roche le successeur de Roberval en le nommant lieutenant général en Nouvelle France et lui ordonne de s’y fortifier et de la peupler avec des personnes condamnées à mort, au bannissement ou aux galères à perpétuité.  Il n’assure pas le financement car les caisses de l’Etat français sont vident à l’issue des guerres de religion. Son nouveau lieutenant général devra se contenter d’un monopole du commerce avec les indigènes.

Ile de Sable, Carte de Parcs canada

Ile de Sable, Carte de Parcs canada

Au printemps 1598, La Roche largue une cinquantaine d’hommes sur l’île de Sable, un plateau desséché de dunes et d’herbes qui est le point culminant, et le seul émergé des bancs de Terre Neuve.  Il a choisi cet endroit à cause de la présence d’un troupeau de bovins et  de cochons à demi sauvages  et de la richesse en poissons et en animaux marins de ses eaux peu profondes où se mêlent  le courant du Labrador et le Gulf Stream, mais aussi parce que passent près d’elle la plupart des terre-neuvas. L’île de Sable a un grand intérêt stratégique pour celui qui veut se livrer à la course aux dépens des ennemis de son roi ou s’enrichir en vendant des permis aux pêcheurs venus de France ou d’un Etat ami.

La Roche va maintenir la colonie par des envois annuels de ravitaillement, sauf en 1602, où une rébellion se produira. Lorsque son émissaire retournera sur l’île de Sable, au printemps 1603, onze hommes seulement auront survécu, offrant le spectacle d’un total dénuement. Ils seront rapatriés et, mandés par Henri IV, ils se présenteront vêtus de peaux de bêtes, ce qui fera sensation.

Le rôle déterminant  de l’entourage immédiat

Entre-temps une cabale a été montée contre La Roche pour profiter de son peu d’efficacité. Ses animateurs sont des membres de l’entourage immédiat d’Henri IV. Le plus important  d’entre eux est Pierre Chauvin, sieur de Tonnetuit, qui est gentilhomme ordinaire de la chambre du roi. Installé à Honfleur, il investit dans les pêcheries terre-neuviennes depuis au moins 1596 et rêve de pouvoir s’emparer du monopole commercial de La Roche. Il peut compter sur l’appui d’un autre gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, Pierre Dugua de Mons, qui est originaire de Royan, ainsi que sur celui d’un autre proche du roi, son valet de chambre, Pierre de Beringhen qui, quoique originaire de Prusse occidentale est allié, par son mariage, à une riche famille de l’île de Ré. Tous ont entendu un associé de Chauvin, le Malouin François Gravé, parler des riches possibilités de profits offertes par la traite des fourrures à Tadoussac, au confluent du Saguenay et du Saint Laurent. Doté par Henri IV d’un monopole commercial ne couvrant que l’embouchure du Saint-Laurent, Chauvin ne tarde pas à organiser une expédition au Canada. Il part avec Gravé et Dugua de Mons et, durant l’été 1600, fait construire une habitation à Tadoussac. Les Montagnais qui vivent là acceptent facilement cette installation de Français, car ils espèrent d’eux de l’aide pour lutter contre leurs ennemis, les Iroquois, qui font des raids dans la vallée du Saint-Laurent. Chauvin laisse seize hommes et regagne la France. Durant l’hiver 1600-1601, le froid, le manque de vivre et le scorbut tuent la plupart des Français, et les autres ne doivent leur survie qu’aux autochtones qui les accueillent et les nourrissent. Ces survivants rentrent en France sur le navire envoyé par Chauvin en 1601 et l’habitation est abandonnée. Cela déçoit les Montagnais qui se voient privés de toute possibilité d’assistance militaire des colons. Gravé, associé à Chauvin, s’en rend compte lors d’un nouveau voyage au Canada en 1602. Faute de moyens pour entretenir une colonie permanente, il se résout à demander de l’aide à Henri IV. Pour le convaincre de l’amitié des autochtones de Tadoussac, il ramène en France deux d’entre eux et les lui présente. L’entrevue a lieu à la fin de l’année 1602. Le roi assure les deux Montagnais qu’il leur veut du bien, qu’il désire peupler leur terre et faire la paix avec les Iroquois ou leur envoyer des forces pour les vaincre. Depuis 1600, Henri IV a eu l’occasion d’obtenir des renseignements sur les bonnes dispositions  des autochtones de l’embouchure du Saint Laurent et sur les avantages que les Français peuvent en tirer.

Il a reçu les visites de marchands malouins et rouannais opposés au monopole de Chauvin. Tous lui ont dit combien leur est préjudiciable la perte de la « traite ordinaire » que depuis longtemps ils ont « vers lesdits pays » et celle de la « connaissance » qu’ils ont des « peuples, mœurs, côtes et demeures ».

Immédiatement après l’ambassade montagnaise Henri IV se résout à favoriser l’installation durable des français sur les rives du Saint Laurent, mais n’ayant toujours pas d’argent disponible à avancer il préfère encourager l’association de tous les marchands intéressés à la traite. Il leur demande de se réunir à Rouen dès la fin du mois de janvier 1603 sous la présidence conjointe de La Cour, premier président au parlement de Normandie, et de Chaste, vice-amiral de France et gouverneur de Dieppe, mais les discussions cessent à la mort de Chauvin en février. 

Preuve de l’intérêt que porte Henri IV à l’implantation des Français au Canada il choisit, comme titulaire d’un monopole du commerce couvrant désormais toute la vallée laurentienne, le plus prestigieux des deux coprésidents de la réunion de Rouen, Chaste. Celui –ci parvient à créer une société avec les anciens associés de Chauvin et envoie outre-Atlantique Gravé, pour remonter le Saint Laurent, trouver un site propice à l’installation de colons et inventorier les ressources disponibles.

Samuel de Champlain obtient alors d’Henri VI  l’autorisation d’accompagné François Gravé pour faire au roi un  fidèle compte-rendu de l’expédition. Contrairement à ce qu’a supposé l’historien américain David Hackett Fischer, il n’est pas un fils illégitime de d’Henri IV. Né à Brouage, d’un père  probablement issue d’une vieille famille noble d’Anjou,  il a été formé au renseignement dans le service des logis de l’armée royale pendant la guerre menée en Bretagne contre le duc de Mercœur, de 1592 à 1598. Un séjour dans les Antilles, au Mexique et à Cuba de  1599 à  1600, et la relation qu’il en a faite, lui ont valu la confiance d’Henri IV et une pension lui permettant de rejoindre les géographes dont le roi aimait s’entourer à la cour.

Aux côtés de Champlain et des deux amérindiens amenés en France l’année précédente,  Gravé  entre dans le port de Tadoussac le 26 mai 1603. Les deux ambassadeurs font le récit de leur réception par Henri IV et de leur séjour en France devant le chef Anadabijou  qui exprime toute sa satisfaction. L’alliance que l’inaction de Chauvin a mise en péril est  restaurée  et Gravé peut même l’élargir aux Algonquins, et aux Etchemins,  des alliés des Montagnais présents pour fêter une victoire commune contre les Iroquois. Ensuite, à l’aide  de deux guides autochtones, Gravé et Champlain remontent le Saint-Laurent jusqu’aux rapides de Lachine, puis  rentrent en France en passant par Gaspé, où ils retrouvent un autre associé de Chaste,  le Malouin Sarcel qui leur raconte être allé en Acadie jusqu’à une montagne riche en cuivre et avoir appris des indigènes l’existence de nombreuses autres mines en particulier d’argent.

A  Paris, en octobre 1603, Gravé  présente à Henri IV un  jeune amérindien qui lui a été confié par son père,  le chef Montagnais Bechourat. Le roi traite l’enfant comme le sien et l’envoie rejoindre sa progéniture au château de Saint-Germain en Laye. L’existence de « Petit Canada » au contact des princes et princesses sera malheureusement brève: baptisé le 9 mai 1604, il aura comme parrain et marraine, deux des enfants d’Henri IV  et de Gabrielle d’Estrées,  Alexandre et Catherine-Henriette, mais il tombera vite malade,  et malgré les sollicitudes du futur Louis XIII qui lui fera partager ses repas il mourra le 18 juin suivant, laissant au dauphin un vif souvenir.

En  permettant à  l’enfant de Bechourat  de grandir aux côtés des siens,  Henri IV ne  fait que se conformer à la tradition féodale. Il est bon que le fils d’un vassal soit élevé dans le proche entourage du suzerain de son père. L’affection ne peut que renforcer la fidélité. Henri IV  tient à établir des relations de cette nature avec les princes amérindiens. Il le veut autant plus qu’il est bien décidé à permettre aux Français d’exploiter en paix les riches mines acadiennes dont Sarcel  a révélé l’existence à Gravé et Champlain.

Les fondations de l’Acadie  et de Québec

Amar de Chaste étant décédé entre-temps, Henri IV nomme le 8 décembre 1603, un des associés de celui-ci, Pierre Dugua de Mons,  lieutenant général « aux pays, territoires, côtes et confins de La Cadie » du 40e au 46e degré de latitude Nord, c’est-à-dire au nord de la Virginie confié à Raleigh par Elizabeth 1er en 1584, et le charge de « traiter et contracter […] paix, alliance et confédération, bonne amitié, correspondance et communication avec lesdits peuples et leurs Princes ». De plus il lui cède pour dix ans le monopole de la traite des fourrures sur le littoral Atlantique aux  mêmes latitudes dans la Gaspésie, et sur les deux rives du Saint-Laurent, contre l’obligation de transporter, en Acadie, dès la première année, soixante personnes.

Dès février 1604, Dugua de Mons parvient à s’associer à des marchands de Rouen, Saint-Malo, La Rochelle et Saint-Jean-de-Luz. Partie de Honfleur et du Havre sur deux navires en 1604, son expédition se retrouve en Acadie le mois suivant. Elle explore les côtes  des actuels de Nouvelle-Ecosse et le Nouveau-Brunswick à la recherche d’un lieu propre à une habitation et choisit de s’installer sur l’île Sainte-Croix dans l’actuel Etat américains du Maine. Pendant le premier hiver, le scorbut emporte  35 ou 36 hommes et les survivants préfèrent déménager, dès l’été 1605, de l’autre côté de la baie de Fundy, dans celle de Port-Royal, l’actuel baie d’Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse.

Les alliances des Français avec les Etchemins et les Micmacs sont consolidées et d’autres sont ébauchées avec les Armouchiquois  qui vivent plus au sud,  mais les mines trouvées se révèlent  très décevantes. Finalement la colonie se maintient jusqu’en août 1607, date à laquelle les colons l’abandonnent pour rentrer en France à la demande de Dugua de Mons. Désireux de contrôler le marché de la fourrure en Europe, des marchands d’Amsterdam ont tellement mis à mal son monopole  que sa compagnie a dû être dissoute durant l’hiver 1606-1607. Soucieux de plaire à ses alliés hollandais, ainsi qu’à Sully, que ceux-ci ont su gagner à leur cause, le roi de France a fini par révoquer le privilège de son lieutenant général le 17 juillet 1607.

Le 7 janvier 1608,  Henri IV accepte de surseoir pour un an à la révocation du monopole de Dugua de Mons. La raison est qu’il a appris la fondation de la colonie anglaise de Saint-Georges,  dans l’actuel Etat  américain du Maine, à la fin de l’été 1607. Les sujets du roi de Grande-Bretagne Jacques Ier empiètent désormais sur le domaine  accordé par Henri IV à Dugua de Mons en 1603 et le risque est grand de les voir s’approprier toute l’acadie. Ils pourraient revendiquer légitimement celle-ci, puisqu’il n’y a plus de français installés là à demeure,  la colonie de Port-Royal ayant été abandonnée.

Dugua de Mons  profite du revirement royal pour envoyer un navire en Acadie, mais en fait partir deux pour Québec, que Champlain fonde en 1608. Il veut rentabiliser au plus vite son entreprise coloniale. Depuis le voyage qui l’a fait en 1600 à Tadoussac, il sait que les Montagnais et les algonquins disposent d’un grand nombre de pelleteries  venant de la baie d’Hudson et  des grands lacs et qu’ils sont prêts à les échanger contre des marchandises européennes. De plus, Champlain a déjà connu le site du Québec en 1603 et il lui en a révélé toutes les possibilités: le Saint-Laurent s’y resserre;  on peut y  construire un fort destiné à attirer les Montagnais et les Algonquins pour la traite et s’assurer ainsi le contrôle du grand fleuve.

Installé sur la « pointe de Québec » avec ses hommes, Champlain vit difficilement l’hiver 1608- 1609, puis entreprend l’exploration du pays des Iroquois. Ceux-ci sont les grands ennemis des Montagnais et des Algonquins. En allant les combattre chez eux, Champlain compte renforcer les alliances franco-amérindiennes. Il y parvient à Ticonderoga, le 30 juillet 1609, en remportant une grande victoire sur les Iroquois avec ses alliés montagnais, algonquins et même hurons. Il s’empresse de rentrer en France pour en informer Dugua de Mons, mais entre-temps, le 6 octobre 1609, Henri IV a révoqué définitivement le monopole de celui-ci.

Le roi de France ne craint plus la perte de l’Acadie. En effet, la colonie de Saint-Georges a été abandonnée à la fin de l’année 1608, à cause de la mort de beaucoup de colons durant l’hiver 1607-1608 et de l’hostilité des autochtones. De plus, Henri IV songe alors à ouvrir à ses sujets le commerce avec l’Asie et il a besoin du concours des marchands opposés aux privilèges de Dugua de Mons. En janvier 1609, un projet a déjà pris forme, celui d’explorer l’Arctique  à la recherche d’un passage dans le nord-est pour aller en Chine. Henri IV  a donné son accord pour la création d’une compagnie chargée d’occuper le « détroit polaire » sous la direction de Michel Poncet, sieur de la Pointe. Il a accepté aussi de finances une expédition du marchand d’Amsterdam Isaac Le Maître  devant être menée par le navigateur anglais Henry Hudson, puis finalement par le capitaine hollandais Melchior Van den Kerchichove. Un navire commandé par celui-ci  a quitté  Amsterdam le 5 mai 1609. Il avait été convenu qu’en cas de succès le retour se fera en France, mais l’expédition est un échec et le navire revient à son port d’attache,  après avoir rencontré d’immenses icebergs obstruant le détroit de Kara.

Lorsque le poignard de Ravaillac met fin  au règne d’Henri IV 14 mai 1610, la compagnie franco hollandaise des Indes orientales n’a pas encore vu le jour et Champlain doit faire face à un afflux de concurrents pour la traite des fourrures sur les rives du saint Laurent. L’œuvre maritime et coloniale du roi défunt apparaît fragile. Sa politique a été en fait très pragmatique : soucieux de faciliter l’accès de ses sujets aux richesses vraies et supposées de l’Amérique du nord,  il a soutenu les initiatives prises par des Français pour nouer des alliances avec les autochtones, mais comme s’il s’est agi d’avancer des fonds pour favoriser la création d’une colonie permanente, il s’est toujours souvenu qu’il devait avant tout financer la reconstruction de son royaume et la lutte contre l’Espagne en Europe.

Historien français Eric Thierry a publié chez septentrion une édition des œuvres de Champlain annotée en français moderne il est aussi l’auteur de la France deux Henri IV en Amérique du nord paru chez Honoré champion.

Pons : la tour

Après avoir été gouverneur à Pons (commune du département de Charente-Maritime) durant plusieurs années  de 1610 à 1618,  De Mons se retira au château des Ardennes (propriété privée de nos jours) où il décédera.

Publié dans G-L, Personnages historiques | Un commentaire

Penobscots et la montagne sacrée: K’taadn

Par Maria Girouard

« Every mountain he got Injun in it.

Katahdin, he man.  Katahdin, he different.

Mountain once was man.”

               (Clara Neptune, 1916, aîné de Penobscot)

Les Indiens Penobscots, peuple premier du Maine, entretiennent  une relation avec la montagne mystique de Katahdin depuis des temps immémoriaux. Cette relation est aussi profondément enracinée dans l’existence des Penobscots que Katahdin est à la terre d’où elle se lève. À travers les légendes, l’histoire et les récits personnels, l’histoire de cette relation sacrée entre Penobscots et Katahdin évolue.

 Katahdin, ou K’taadn dans la langue de Penobscot, a maintenu son nom donné par le peuple premier. Bien qu’il y ait plusieurs variations de traduction, les significations sont similaires. L’auteur transcendantaliste Henry David Thoreau qui explora abondamment les bois du Maine avec des Indiens Penobscots  comme guides dans les années 1800 écrivit que K’taadn était «un mot indien» signifiant la plus haute terre. (1)

Dans le langage Penobscot, «k’ta» a le sens de «grandeur»(2) et K’taadn a été traduit littéralement par «grande montagne». Une autre interprétation de K’taadn n’est pas littérale mais implique une présence ancienne et vénérable, comme celui d’un homme âgé ou d’un chef de famille(3) K’taadn est «le haut plateau spirituel des Indiens Penobscots, gardant l’empire du Nord du Maine» (4) et est situé à la source de leur rivière ancestrale.

    La montagne est composée de blocs de granit rose et gris remontant à environ 400 millions d’années, faisant de K’taadn un enfant en termes d’années de montagne.(5) Aucun contrefort environnant ne précède la présence de la montagne. K’taadn s’avance majestueusement dans la forêt à une altitude de 5267 pieds, ce qui en fait le point culminant du Maine.(6) C’est le premier endroit où les rayons lumineux du soleil touchent d’abord l’Amérique du Nord.(7) Cet honneur de recevoir la première lumière d’un nouveau jour est pourquoi ce territoire s’appelle Wabanaki. Dans Penobscot « Waban » est la période de temps juste avant la lumière du jour, et « aki » se réfère à la terre ou aux gens de cet endroit. Les Penobscots et les autres tribus situées dans le Maine – les Passamaquoddy, les Micmacs et les Malécites – sont désignés collectivement sous le nom de Wabanaki, ou People de l’Aube.

     À l’instar d’autres tribus amérindiennes, les Penobscots avaient des croyances qui reconnaissaient la présence de l’esprit dans tous les objets, qu’il s’agisse de personnes, d’animaux, d’arbres ou de roches. Cette présence spirituelle a apporté la vie et la valeur intrinsèque à toute la création. Les légendes amérindiennes sont souvent liées à des sites spécifiques et à des formations terrestres considérées comme sacrées(8) et sont pleines de conversations avec des animaux et des objets inanimés auxquels il est fait référence de manière humaine, souvent de manière relative(9) C’est dans cette vision du monde que K’taadn est considéré.

Les Penobscots ont beaucoup de légendes sur K’taadn, ses origines et les esprits qui y résident. Une telle légende raconte comment la Grande Montagne a été créée. Gluskape, parfois appelé «l’homme de rien», est un personnage principal de cette histoire et de la plupart des histoires de Penobscot.

Une  statue de  Gluskabe  située dans la ville de Parrsboro, (Nouvelle Ecosse-Canada)

 Gluskape est un héros culturel du Wabanaki et un grand enseignant qui a donné d’importantes leçons de vie au peuple. On nous dit que K’taadn était le nom d’un des étudiants de Gluskape et que la femme de K’taadn s’appelait Zipsis, ce qui signifie «petit oiseau» en Penobscot.

    Il y a longtemps, K’taadn a appris qu’un prénommé Badugeal voulait Zipsis pour lui-même et avait demandé à un mauvais esprit de l’aider à obtenir Zipsis de K’taadn. En apprenant cela, K’taadn et sa femme Zipsis s’enfuirent dans les bois épais de Wabanaki. Ils se sont vite rendu compte que l’esprit du mal les poursuivait et se rapprochait, alors ils ont fait une énorme bouilloire de cuivre. Les amants s’accroupirent près de la Terre, renversèrent la bouilloire de cuivre et se cachèrent sous elle. Ils ont réussi à échapper à l’esprit maléfique, mais sont restés sous la bouilloire tant et si bien que la terre et les roches ont poussé au-dessus et qu’une montagne s’est formée. Cette montagne est devenue connue sous le nom de K’taadn.(10) D’autres sont censés vivre dans la Grande Montagne, aussi. On pense que les « Petits Peuples » ou Mikamwasis vivent dans des grottes à l’arrière de la montagne. Les Petits Peuples sont des messagers elfiques qui aident les communications entre le peuple et Gluskape.

Une légende Penobscot appelée «Gluskape part et promet de revenir» nous raconte comment Gluskape est devenu furieux par la trahison des nouveaux venus sur la terre de Wabanaki. Ses enseignements étaient ignorés et les nouveaux venus ont refusé d’apprendre ses leçons importantes sur la vie harmonieuse, alors Gluskape est parti déçu. On croit que Gluskape est allé dans grotte de montagne, où il choisit d’y rester pour « façonner des pointes de flèches pour la journée en prévision du le futur où les Indiens auront encore besoin de lui »(11) Il vit avec sa grand-mère qui prépare et stocke le maïs pour les générations futures. Par leur présence, la montagne est censée incarner de grands enseignements et est connue pour servir des doses de sagesse à ceux qui la recherchent.

    Bien que K’taadn ait été une partie intégrante de la vie des Penobscots depuis des temps immémoriaux, aucun Penobscot n’avait grimpé au sommet de la montagne jusqu’à récemment. Les Penobscots considèrent la montagne comme «un lieu sacré inaccessible, adapté aux seuls dieux».(12) Au lieu de cela, ils se sont seulement rendus à K’taadn pour être plus près des esprits. Une distance respectueuse a été maintenue pour éviter la colère de l’esprit le plus populaire de K’taadn: Pamola.

On pense que Pamola, souvent désigné sous le nom d’Oiseau-Tempête, se perche au sommet de K’taadn au Pic de Pamola. Pamola est décrite comme une grande créature d’oiseau qui n’est pas toujours accueillante pour ceux qui montent sur la montagne. Le mot Penobscot Bemole, d’où provient Pamola, est associé à la signification du tonnerre, au bruit du tonnerre ou à l’esprit du tonnerre. Dans les légendes indiennes du mont Katahdin, Pamola est décrite comme étant «hideusement destructrice».(13) Et dans The Maine Woods, Henry David Thoreau écrit des sommets des montagnes que «… seuls des hommes audacieux et insolents peuvent s’y rendre. Les races simples, comme les sauvages, ne gravissent pas les montagnes, leurs sommets sont des pistes sacrées et mystérieuses jamais visitées par eux … Pamola est toujours en colère contre ceux qui montent au sommet de Katahdin.(14)

Une histoire de deux filles Passamaquoddy qui ont eu une rencontre avec Pamola le décrit comme un esprit d’oiseau qui est venu à eux, « sifflant » dans les airs. Il était « hideux … Son visage était étroit et son corps très mince – son corps était seulement sur la portée de deux mains. Ses jambes étaient longues et grêles et ses bras étaient très longs. Sa bouche ressemblait beaucoup à celle d’un oiseau, un nez pointu comme un bec … » On disait que Pamola n’était pas vulnérable au tir d’une flèche, même s’il aurait pu en être atteint.(15)

    Les publications récentes avec des récits de Pamola ont eu tendance à banaliser les croyances de Penobscot sur l’esprit et à embellir certains traits méchants. Dans « Chimney Pond Tales » publié en 1991, Leroy Dulley décrit Pamola comme le «Penobscot Dieu du Tonnerre capricieux et malveillant qui menaçait tous ceux qui s’approchaient en utilisant l’arsenal de briques de la nature». Cependant, la Penobscot Clara Neptune, écrit en 1900 que « Pamola de fait pas de mal ». Les gens Penobscot racontent des histoires d’aide de diverses manières par Pamola. Pour eux, Pamola est utile mais extrêmement puissant et méritant le plus grand respect.

Avec autant de légendes et d’esprits qui entourent une montagne, il n’est pas étonnant que K’taadn ait été considéré comme un lieu sacré pour les Penobscots. Trois facteurs confirment sa désignation comme lieu sacré. Le premier est la présence d’esprits. Pour de nombreuses tribus, un lieu sacré est un «lieu où les esprits, le bien et le mal, communiquent avec les vivants».(16)

Deuxièmement, le fait que les ancêtres des Penobscots aient  visité K’taadn depuis des temps immémoriaux et l’ont tenu en haute estime pour le nommer «la Grande Montagne» contribue à son caractère sacré. Les histoires et les traditions orales transmises de génération en génération sur les esprits de K’taadn et les capacités réparatrices de K’taadn permettent aux Penobscots d’expérimenter le lien avec leurs ancêtres en imaginant combien de personnes ont offert des prières et des rêves avant la montagne et font partie de cette tradition. Chaque fois qu’une cérémonie se déroule face à la montagne, le site est encore sanctifié et l’identité et la continuité culturelles Penobscot sont assurées. Les gens croient que le site est sacré, et c’est ainsi. « Le sol sacré est un sol investi de croyance » (17)

    Un troisième facteur qui contribue à son caractère sacré est la formation de terres réelles.(18) Les montagnes ont toujours été très appréciées dans de nombreuses cultures. K’taadn, étant le point le plus élevé du pays et le premier point où l’aube d’un nouveau jour touche d’abord la terre revêt une signification particulière pour les Penobscots et leur identification comme Wabanaki. Wabanaki a été traduit par «l’endroit où le Soleil regarde d’abord notre chemin». La formation terrestre soutient la croyance de la montagne comme une demeure creuse dans laquelle les esprits résident. La forme de la montagne ressemble à un grand wigwam et est considérée comme un lieu de repos pour les ancêtres qui ont passé.

    Pendant des siècles, les ancêtres ont fait des pèlerinages à K’taadn pour chercher des réponses aux problèmes ou pour s’asseoir dans la prière. Depuis 1984, K’taadn a été la destination mystique d’un pèlerinage spirituel moderne appelé le Katahdin 100. Partant d’Indian Island, la ville des Penobscots, le pèlerinage se termine à la base de la montagne sacrée à Katahdin Stream, 100 miles plus loin, les Penobscots et leurs amis retrouvent ainsi d’anciennes traces sur ce pèlerinage sacré. Le Katahdin 100 se déroule chaque année et offre à toutes les personnes impliquées la possibilité de renouveler leur lien spirituel avec la montagne et de réaffirmer leur unité en tant que peuple autochtone.

    Le pèlerinage spirituel à la montagne fournit une source de guérison et de soins à ceux qui en ont besoin et une expérience culturelle éducative pour les jeunes. Des enfants dès l’âge de huit ans ont pris part à la course spirituelle, relayant le style de relais avec d’autres, expérimentant le soutien collectif et l’unité des autres participants à travers la campagne, le long de la rivière sacrée, dans l’obscurité de la nuit et vers leur destination la base de la Grande Montagne.

    K’taadn, qui émet l’énergie puissante de son esprit, continue dans la modernité à être le refuge spirituel des Penobscots qu’il a été depuis des temps immémoriaux. Les aînés et les jeunes, les chercheurs de sagesse et les personnes en deuil, se tournent tous vers la montagne mystique et sacrée pour le confort, les soins et la connexion avec les ancêtres et la culture. C’est une relation que l’on peut s’attendre à voir perdurer tant que les histoires et les légendes de cette grande montagne continueront d’être transmises.

À PROPOS DE L’AUTEUR: Maria Girouard est membre de la nation indienne Penobscot et historienne tribale avec une maîtrise en histoire de l’Université du Maine. Elle a servi la nation indienne Penobscot dans le passé en tant que directrice de la préservation culturelle et historique et en tant que membre élu du conseil tribal. Elle est aussi descendante d’ancêtres acadiens français qui s’établirent à Port-Royal en 1642.

  • Henry David Thoreau, K’taahdn, Princeton University Oress, 1872, p.6.
  • Wilderness and Spirit : A mountain Called Katahdin, producted, directed and edited by Huey, 2002
  • Carol Dana, Penobscot Tribal Language Master, personnal communication, Februaty 2005
  • www.geocites.com/schlaikjer, p.4.
  • Marlow, p.9. and Wilderness and Spirit video recording
  • Maine development Commission, Mountain Climbing in Maine, distributed by Bangor Chamber of Commerce, 1939, p.12.
  • Connie Baxter Marlow, Greatest Mountain : Katahdin’s Wildernes, Tilsbury House Publishers, ME : Gardiner, 1999, p.10.
  • Andrew Gulliford, Sacred Objects and Sacred Place : Preserving Tribal Traditions, CO : University of Colorado, 2000, p.69.
  • Michael J. Caduto and Joseph Bruchac, Keepers of the Animals, Fulcrum Publishing, CO : Golden, 1999.
Publié dans Histoire, Histoire et patrimoine | Laisser un commentaire

François Carsi dit laviolette

François Carsi dit Laviolette

Soldat du régiment de Carignan-Salières

François Carsi est né probablement à Saint-James, près de Morlaas, en Béarn, vers 1650. Il est le fils de Jean Carsi et de Marie Beautemps. Comme 1200 soldats du régiment, il arrive en Nouvelle France, faisant partie de la Compagnie Berthier. Le capitaine Berthier, Sieur de Bellechasse et de Villemur est un huguenot, né à Bergerac, dans le Périgord, qui se convertira plus tard au catholicisme le 10 août 1665, comme l’écrira Jean Talon , dans la lettre ci-contre.

La compagnie, partie de La Rochelle le 26 février 1664 et  après être passée par la Guadeloupe, arrive à Gaspé le 18 juin 1665.

Certains historiens pensent que la Compagnie Berthier aurait construit le premier fort dans la ville de l’Assomption, mais cette existence est sujette à caution.

François Carsi va rester en Nouvelle-France comme 400 soldats du régiment et va se marier le 6 juin 1688 avec Anne Blet.  Cette dernière est la fille de Jean Blet dit Gazaille et de Jeanne Beauveau. Jean Blet est également un soldat du régiment de Carignan-Salières. Il se marie vers 1672 à Saint-Ours avec Jeanne Beauveau, Fille du Roy arrivée certainement quelques mois auparavant. L’acte de mariage sera signé au greffe du notaire Pierre Menard en 1674.

Le mariage de François Carsi va se dérouler à Saint Ours, seigneurie cédée par le gouverneur Frontenac au seigneur de Saint-Ours «en considération des bons et loyaux services qu’il a rendu à sa majesté et de l’affection avec laquelle il se porte pour continuer à luy  en rendre en toute sorte de rencontre». Il faut se rappeler que le roi a fait aux officiers des propositions en leur concédant des terres. A ceux qui n’ont pas les moyens d’ouvrir des seigneuries […], le roi accorde quelques pièces d’or et des provisions pour plusieurs mois afin de les soutenir durant les commencements» de leur installation. (Histoire de la Seigneurie de Saint-Ours).

François Carsi a certainement reçu de Monsieur de Saint-Ours, une concession légale, pour commencer à défricher, concession que Monsieur de Saint-Ours a accordé à plusieurs de ses soldats.

En mars 1699, on trouve un «billet de redevance» dû par Bernard Kadeviel, un autre béarnais, signé par son épouse, Marie de Vanchy, car Kadeviel a déclaré «ne savoir signer», pour «une somme de 36 livres 19 sols monnaie du pays pour marchandises que j’ai reçu du sieur Laviolette dont je promet de payer au mois d’octobre prochain dont je m’oblige moi et ma femme»

En juillet 1710, on trouve une ordonnance de l’Intendant Antoine-Denis Raudot concernant «la veuve Laviolette», ce qui laisse entendre que François Carsi était décédé à cette époque, sans avoir eu d’enfant. 

Le billet du «béarnois» Kadeviel

Anne, son épouse, décédera en 1728 à Contrecoeur (Acte ci-dessous, fourni par G. Menard, descendant de Pierre Menard, notaire au Québec au 18e siècle). La seigneurie de Contrecoeur fut fondée en 1667 par le sieur Antoine Pécaudy de Contrecoeur, lui aussi, du régiment de Carignan-Salières. La ville a aujourd’hui plus de 5000 habitants.

Ci dessous, dessins et plan de la seigneurie de Saint-Ours, extrait du livre «Histoire de la seigneurie de Saint-Ours»

Première église du petit Saint Ours

Jean Renault

Publié dans A-F, Personnages historiques | Laisser un commentaire

Gédéon de Catalogne

Géomètre, géographe et ingénieur…

Gédéon de Catalogne est né le 11 novembre 1663 à Balunsun et baptisé quelques jours plus tard, le 18 novembre, au temple d’Arthez de Béarn.

L’acte de baptême précise : « Gédéon de Catalongne, fils de Jean de Catalongne et de sa femme Marie de Capdevielle a été baptisé le 18 novembre 1663 naquit le 11 dudit novembre, parrain Gédéon de Etchare de Pardiese (aujourd’hui Pardies, commune voisine), et de sa femme »

La maison de Gédéon de Catalogne au Québec

Quelques années plus tard, on retrouve la famille Catalogne à Arthez au quartier Bourdalat. Le père de Gédéon, Jean de Catalogne se remaria et eut au moins un fils qui se nomme aussi Jean. Ce dernier épousa le 24 octobre 1707, en l’église Saint Martin de Salies de Béarn, Jeanne de Branaa. Ils eurent au moins quatre enfants.

Les années de 1683 à 1729 virent la Nouvelle France aux prises avec les Iroquois. Convaincu que le Canada n’aurait pas de repos tant que les Iroquois ne seraient pas mis à la raison, Louis XIV prit les moyens de les soumettre en envoyant de nombreuses troupes.

Le 29 août 1683, Gédéon de Catalogne s’embarque sur le navire «La Tempête ». Un autre béarnais, le Baron de Lahontan aurait été également du voyage. Lahontan écrira que durant la traversée, 20 soldats moururent du scorbut.

Le navire débarqua le 9 novembre à Québec avec trois compagnies de 52 deux hommes chacune, et commandées par les capitaines d’Hosta, Chevalier et Aubry. Le Chevalier Aubry, garde de la marine en 1679, enseigne le 26 janvier 1680, lieutenant de vaisseau le 30 mai 1690, fut tué à la Hougue dans les chaloupes en 1692.

Document signé par Gédéon deCatalogne

Les compagnies réclamées par le Gouverneur Général de la Barre étaient envoyées par le roi Louis XIV.

Catalogne est arrivé en Nouvelle-France comme cadet. Il servit comme soldat affecté aux travaux d’arpentage comme en témoigne un procès-verbal « fait le 7 novembre 1683 par Gédéon de Catalogne, dit la liberté, (c’est le seul acte où le surnom la « liberté » soit donné à de Catalogne), arpenteur et soldat de M. Lorignier, déposé au greffe de Bourgine ».

Les activités militaires de Gédéon de Catalogne

En 1684 Gédéon prend part à la campagne de Le Fèvre de la Barre contre les Iroquois. Le 21 mars 1684 les iroquois attaquent le fort Saint-Louis. Le 30 juillet, le roi écrit au gouverneur de la Barre qu’il approuve sa résolution d’attaquer les Iroquois. Parti de Montréal avec une petite armée de 700 canadiens, 150 réguliers et 400 sauvages alliés, le gouverneur s’achemine jusqu’au fort Frontenac. Après plusieurs semaines de combats, de la Barre rendra piteusement Montréal avec ses troupes décimées par la maladie.

En 1686, Gédéon participe aux attaques contre les établissements occupés et construits par les anglais. L’expédition a été préparée durant l’hiver 1685-1686 par Pierre de Troyes (appelé aussi chevalier de Troyes). L’assaut prit totalement les britanniques par surprise. Les troupes de Troyes prirent plusieurs forts anglais.

Gédéon se convertit au catholicisme en 1687, ce qui lui permet de recevoir son brevet d’officier.

En 1688, le chevalier d’Aux l’emmène ravitailler les forts Frontenac et Niagara. Puis, l’année suivante, il sert dans la compagnie d’un autre béarnais Auger de Subercase.

En 1690, on l’envoya avec toute la garnison de Villemarie, secourir Québec, assiégée par l’amiral anglais Phips, ce qui lui permet de figurer parmi les héros de ce célèbre fait d’armes en s’emparant et occupant l’île d’Orléans avec Subercase et 200 hommes, et en interdisant l’accès de cette ile à Phips.

En 1691, il va combattre les Onneyous sous les ordres de De Vaudreuil, il est alors nommé « lieutenant réformé ».

Nommé lieutenant en pied le 1er mars 1693, il commande en 1695 le détachement chargé de ravitailler de Louvigny parti en expédition chez les iroquois.

En 1696, il accompagne Frontenac dans une expédition contre les Onnontagnès.

En 1705, il retrouve Auger de Subercase dans une expédition contre les anglais à Saint-Jean de Terre Neuve.

En 1709, sous les ordres de Ramezay, il va combattre les anglais et leurs alliés sauvages, dans la région du lac Champlain.

En 1723, il accède au grade de capitaine d’une compagnie des détachements de la marine.

La maison de Gédéon de Catalogne lorsqu’il habita à Montréal

Gédéon de Catalogne ne fut pas seulement soldat « au pays des iroquois ». C’est durant les mois de relâche entre les missions militaires que Gédéon de Catalogne pouvait se consacrer à des travaux d’arpentage, à l’élaboration des plans de Québec, Montréal ou Chambly, et également à des écrits descriptifs sur le Canada. On le retrouve dans ses diverses fonctions dans les exemples qui suivent.

Plaque de la rue Saint-Vincent à Montréal

A Montréal, dès 1685, la correspondance des officiers de la colonie contient divers appels pour conforter les fortifications. Le 18 novembre, il est écrit : « Ainsy l’on peu dire avec vérité que après Rivière du Loup jusqu’à la pointe de l’isle de Montréal qui sont à plus de cent lieux de long, il n’y a pas un seul endroit à pouvoir mettre quoy que ce soit à couvert d’un ennemy ».

Les fortifications furent dirigées par Monsieur de Villeneuve assisté de Gédéon de Catalogne qui écrit : « On fit en outre 28 forts dans le gouvernement de Montréal, où l’on oblige tous les habitants se s’y retirer et d’y apporter leurs effets y ayant mis garnison dans chacun ».

Dans son mémoire sur les seigneuries et habitations des gouvernements de Québec, Trois-Rivières et Montréal de 1712, Gédéon de Catalogne a composé le premier répertoire de la faune du Canada. Des dizaines d’espèces d’animaux, de poissons et d’oiseaux y sont répertoriés.

Au début de 1704, il faut construire des fortifications à Trois-Rivières. Sur les plans prévisionnels de la ville à cette époque, on constate une clôture avec huit bastions qui entoure la ville.

Mais ces plans n’ont-ils existé que sur le papier ? Car en décembre de cette même année, De Catalogne est parti se battre contre les anglais à Terre Neuve.

En 1704, Gédéon de Catalogne est à Terre-Neuve avec un autre béarnais Daniel d’Auger de Subercase, d’Orthez. Ce dernier écrit au roi le 25 décembre 1704 : « Le sieur de Catalogne, lieutenant réformé et que je vous avais mandé des temps où j’étais en France est au nombre des officiers qui sont venus cette année au canada, et comme je le crois beaucoup plus capable et plus agissant qu’un autre, je vous supplie, Monseigneur, de m’envoyer un ordre pour que je puisse le garder ici. J’espère que son secours et son intrigue nous faciliterons la construction du fort, personne n’entendant mieux que lui les ouvrages de maçonnerie et plus capable de les faire faire… ». Mais dès l’automne suivant, une partie du détachement quitta Terre-Neuve pour retourner à Québec. De Catalogne quitta Plaisance le 20 o ctobre et arriva à Québec le 6 novembre 1705.

Quelques années plus tard, en 1709, à l’automne, il fut décidé de fortifier le fort Chambly. En effet, déjà en 1684, le Baron de Lahontan écrivait que le Fort Chambly n’a que de simples palissades. Monsieur de Ramesay, alors gouverneur de Montréal, laissa De Catalogne avec quelques ouvriers pour remettre le fort en état. Il fit construire un second hangar. Un peu plus tard, il fut décidé de fortifier plus sérieusement le fort. Gédéon de Catalogne en dirige les travaux. Pendant l’hiver on transporta à Chambly sur des traineaux une partie des pierres nécessaires à la construction. Gédéon de Catalogne écrit alors qu’on lui ordonna de se rendre sur le lieu au mois de Janvier 1710 « pour y amener des matériaux et pendant tout l’hiver on tailla les pierres angulaires, portes et fenêtre ». De Catalogne est considéré par certain, comme l’âme dirigeante des travaux. Même si les travaux avaient été dessinés par l’ingénieur de Villeneuve, ce dernier, malgré ses talents incontestables de dessinateur et de théoricien, n’avait pas les qualités requises pour superviser la construction des ouvrages. Il fut alors remplacé par le futur sous-ingénieur du roi, Gédéon de Catalogne.

C’est ainsi que peu à peu, les capacités de Gédéon de Catalogne furent reconnues et on vint régulièrement lui demander de surveiller la construction de palissades, ou de fortifications diverses.

Un autre travail que l’on confia à Gédéon de Catalogne fut le relevé les plans des seigneuries de Québec, Montréal et Trois-Rivières. « Il a été obligé de visiter toutes les cotes du pays et même dans les temps les plus rudes et les plus difficiles ». Fin 1708, les plans de Québec et Trois-Rivières furent envoyés au ministre. En récompense, il acquit le titre de sous-ingénieur, et à compter de 1712, il fut nommé sous-ingénieur du Roi à Montréal.

Gédéon de Catalogne et les Abénaquis

En 1709, Gédéon de Catalogne dessine un plan d’un fort à Odanak. Il y aurait eu dès 1704, un premier fort, mais selon une note du Ministère des affaires Culturelles, le rapport de fouilles n’a pas permis de localiser le premier fort des Abénakis malgré la découverte d’artéfacts et de structures apparentées à une habitation.

Pourtant les Abenakis sont présents dès 1683, en effet un acte daté du 1er juillet 1683 émis par le Conseil Souverain se lit ainsi : « En conséquence des ordres du Roy, nous, sous le bon plaisir de Sa Majesté, avons aux dits pères de la Compagnie de Jésus, concédé et accordé l’espace de deux lieues de terre de front, sur pareille quantité de profondeur le long des deux bords de la dite rivière du Sault de la Chaudière vis-à-vis joignant et au-dessus de l’habitation du dit François Miville, avec les isles et les ilets qui se rencontreront sur la dite rivière ou autres, pour être par les dits pères distribués aux Abenakis qui viendront dans la mission. ».

Nos amis Abenakis d’Odanak croient que ces données scientifiques auront des répercussions positives directes sur la protection, les revendications et l’affirmation de leur territoire, le Ndakinna. (Le Projet Ndakinna est une vaste enquête visant à mieux connaître les activités traditionnelles pratiquées de nos jours par les Abenakis.)

Les descendants de Gédéon de Catalogne

Suivant les sources, Gédéon de Catalogne aurait eu de son mariage avec Marie-Anne Lemire, de dix à quinze enfants. La différence tient peut-être au fait que beaucoup d’enfants sont morts très jeunes et n’ont pas toujours été comptabilisés (?)

Il est intéressant de remarquer dans cette liste les relations qui existent entre les familles « importantes » du Québec ou d’Acadie. On retrouve ces relations dans les mariages, ou dans les choix des parrains ou marraines.

1° Jeanne-Philipe, née le 15 septembre 1691 et mariée en 1728 avec Guillaume de Poitiers. Ils ont une fille Louise-Charlotte-Marie de Poitiers du Buisson et un fils, René-Gédéon de Poitiers du Buisson. Il nait le 6 septembre 1730 à Montréal, (Île de Montréal). Il va se marier d’abord avec Marguerite d’ Ailleboust de Saint-Vilmé le 4 novembre 1757 à Port-Lajoie, sur l’Île Royale en Acadie. Puis il épouse Marie de Grange le 21 août 1766 en France. Enfin il épouse Marie-Jeanne Daccarette toujours en France à Rochefort, où il décède en 1786.

2° et 3° Marie-Anne et Madeleine (jumelles), nées le 12 avril 1693 et qui n’ont pas survécu.

4° Joseph né le 4 mai 1694 à Montréal. Joseph, « enseigne à pied » depuis 1730, parti de l’Île Royale en 1732 à destination du Canada, fit naufrage le 22 août au Port d’Orléans. Il mourut à Louisbourg le 10 octobre 1735, durant la guerre contre les anglais. Il est alors lieutenant de marine. Bien que militaire expérimenté, il se passionna pour la littérature et les sciences. Il fut élu à l’Académie des sciences de Paris. Marié avec Marie-Charlotte Renaut-Du-Buisson, ils ont un fils Louis-Charles.

5° Antoine né le 22 janvier 1696 à Montréal et décédé en 1697 à l’âge de 11 mois. Il a comme marraine Geneviève Margane de Lavalerie.

6° Marie-Louise née le 14 février 1698 et décédée à 25 ans, célibataire, le 5 avril 1723. Elle a comme parrain: Louis de La Chauvignerie et comme marraine: Marie Molin.

7° Jeanne-Elisabeth mariée à Montréal le 27 août 1728 avec Guillaume de Poitiers du Buisson de Pommeroy. Ce dernier fut tué par les indiens au Fort Frontenac en 1736. Ils eurent un fils, René Gédéon.

8° Marie-Geneviève née le 19 mars 1700 à Montréal et marié avec Louis d’Amours de Louvrières. Elle a comme parrain: Louis Tatouin de Latouche, commissaire ordinaire de la Marine et subdélégué de M. l’Intendant et comme marraine: Geneviève d’Amours. Ils eurent un fils.

9° Daniel-Pascal né le 25 mars 1701 et décédé à l’âge de 6 ans. Il a comme parrain, un béarnais, Daniel de Subercase, originaire d’Orthez, chevalier, capitaine d’un détachement de la marine.

10° Jean-Gédéon, né le 13 septembre 1702 et décédé quelques mois plus tard à Lachine. Il a pour parrain: Jean Lemire, oncle maternel et pour marraine: Anne de Rouvray, épouse de Laurent Renaud marchand.

11° Louis né le 27 juin 1704 à Montréal et décédé à l’âge de trois ans dans la même ville. Il a comme parrain Jacques Testard de Montigny, lieutenant d’un détachement de la marine.

12° Antoine-Gédéon né le 18 septembre 1706 et décédé à l’âge de deux ans. Son parrain est son frère Joseph et sa marraine sa sœur Jeanne.

13° Élisabeth, née le 22 août 1708. Elle a comme parrain : Jacques-Urbain Rocbert de La Morandière et comme marraine: Élisabeth Duverger. épouse d’un garde magasin du roi. Elle se marie le 21 novembre 1730 (?) à Louisbourg avec Michel de Gannes de Falaise. Ils auront une fille Marguerite-Elisabeth. Elle décède le 12 août 1750, toujours à Louisbourg.

14° Charlotte-Julie née le 31 mars 1712 à Montréal et mariée à 17 ans le 28 décembre 1735 avec Michel Gamelin-Gaucher. Elle décède à Lachine en 1791 à l’âge de 78 ans. Son parrain sera Pierre Pépin de Laforce et sa marraine sa sœur Jeanne. Ils ont un fils Michel, né le 5 juillet 1743 et marié avec Marie-Elizabeth Spagniolini.

15° Hortense, mariée avec de Landriève (?)

Parmi les petits enfants de Gédéon de Catalogne, certains se sont distingués dans les Antilles, comme on va le voir plus loin.

Louis-Charles-François de Gédéon de Catalogne est né à Louisbourg le 14 février 1734. Il est cadet à 13 ans, puis « cadet à l’aiguillette » à l’Ile Royale à 15 ans. Après avoir été enseigne, il devient lieutenant dans le régiment de Boishébert pendant la campagne de Louisbourg en 1758-1759. On le retrouve à Port au Prince en 1771 avec le grade de lieutenant, après avoir séjourné en France. En 1772, il est major, puis capitaine en 1775. Il décède le 22 octobre 1781 à Caye-Saint-Louis à Saint Domingue. Son corps repose dans l’église Saint Pierre de Saint Domingue. Il s’était marié le 19 février 1759 à Montréal avec Marie-Louise Guyon dite Després.

Il eut un fils Charles-Gédéon né à Montréal le 11 septembre 1764. Il fit ses études à l’école militaire de Paris. De brillants faits d’armes signalent sa présence à Sainte-Lucie. En 1790, il obtient le grade de capitaine, puis quelques temps après il est décoré de la Croix de Saint Louis. En 1793, il combat à la tête de royalistes les troupes de Rochambeau, lieutenant général des armées de la République et gouverneur de la Martinique. Il est Chevalier de la Légion d’Honneur, chevalier de l’Ordre de Saint- Lazare. Il décède à la Martinique le 9 aout 1854.

Enfin, un des arrières petits-fils de Gédéon de Catalogne né le 8 juillet 1824 exerça la profession de notaire à Saint-Pierre de la Martinique. « Par dépêche ministérielle du 17 mars 1853, la nomination de Gédéon Catalogne comme notaire à Saint-Pierre en remplacement de Jean-Baptiste Cazeneuve est approuvée »

Quelques années plus tard, une Ordonnance du Roi impose que la loi du 15 juillet 1829 soit exécutée dans les Etablissement français d’outre mer, Charles Gédéon de Catalogne est nommé Conseiller territorial.

Sources : Bibliothèque et Archives Nationales du Québec

Relation sur le Canada, 1682-1712

www.erudit.org

Centre d’étude du protestantisme béarnais

Etude d’une famille canadienne par l’Abbé C.Tanguay

Conseil de bande d’Odanak

Ci-dessous, l’acte de baptême de Gédéon de Catalogne

Jean Renault

Publié dans A-F, Personnages historiques | Laisser un commentaire

Gariépy

Pour ne pas rester toujours en Béarn, nous allons nous promener à Montfort en Chalosse.   La commune possède un musée, installé il y a plus de 20 ans sur un domaine aux activités multiples et multiséculaires.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est photo_01.jpg.

Le Musée de la Chalosse est un véritable conservatoire de l’identité chalossaise.

On trouve déjà un Gariepy Jacob vers 1570  à Montfort-en-Chalosse dans les Landes qui est marié avec Isabelle Greffe. Puis en 1595, Jean Gariepy, leur fils,  né le  23 août 1598, toujours à Montfort-en-Chalosse  va se marier avec Jeanne Daragon. Ils ont un fils François qui est né vers 1629.

Ce dernier arrive en Nouvelle France 1656. Il est maitre menuisier.

François se marie le 13 aout 1657  à Quebec avec Marie Oudin, une parisienne de 14 ans. ( née en 1642). Ils ont signé  un contrat de mariage le 15 juillet 1657 par devant Maitre Guillaume Audouart de Saint-Germain, notaire. Guillaume Audouart de Saint-Germain est d’abord commis au greffe et tabellionage de 1648 à 1649 à Trois-Rivières, puis après avoir été secrétaire du conseil de 1649 à 1663 à Québec, il est notaire royal à l’automne 1649 à Québec.

François et Marie vont avoir  treize enfants :

Marie-Ursule Gariépy  (religieuse de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal).Marguerite Gariépy  (religieuse de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal), Charles Gariépy  Il naît le 29 décembre 1661 à Château-Richer et baptisé le même jour. Il est capitaine de milice. Il se marie  à Marie-Anne Cloutier, puis, en secondes noces à Anne Morel.

Louise Gariepy est née le 11 Mars 1664 toujours à Chateau Richer. Elle décède la même année. François Gariépy  né le 11 Mars 1665 va se marier avec  Geneviève Godin.

(Ci-contre, Contrat de mariage passé pardevant Daniel Normandin, notaire royal et garde-notes du roi, entre Charles Gariépy, âgé de 30 ans, fils de François Gariépy et de Geneviève Godin, demeurant à Sainte-Anne). Il est officier de milice en 1725  à La Pérade

Jacques Gariépy  est né le 26 Mars1667 et se marier avec  Madeleine Gareau. Il décède le 12 Juin 1750 à Lachenaie. Geneviève Gariépy née le 9 Juillet 1669, se marie avec Isaac Hervieux, puis, en secondes noces à Thomas Barthélemy. Marie-Madeleine Gariépy, née en 1671,  mariée à Antoine Trudel, décède à 24 ans à Ville Marie le 16 Novembre 1695. Louis Gariépy né le19 Nov 1673,  à Chateau Richer. Il se marie avec Geneviève Letartre, puis, en secondes noces, avec Catherine Aubert. Catherine Gariépy, née le 9 May 1677, mariée avec Philippe Trudel.  Jean Gariépy, né le 11 Avril 1679,  et marié à Marguerite Bonnet. Il décède le 2 Juillet  1745 à Lachenaie.

Inventaire après décès des biens de feu Marguerite Bonnet, épouse de Jean Gariépy

Alexis Gariépy né le 23 Avril 1681à Chateau Richer, marié à Françoise Raynaud, puis, en secondes noces, à Madeleine Chapleau. Il décède le 6 Janvier 1747.Pierre Gariépy, né le 12 Novembre 1685 à L’Ange Gardien. C’est le seul enfant qui ne va pas naitre à Château Richer. Il est marié à Marie Hubou. Il meurt le  1 Mars 1764 à Lachenaie.

Le 19 mars 1659, Jacques Gourdeau, seigneur de Beaulieu sur l’île d’Orléans, lui concède une terre (2 arpents de long sur la largeur de l’île).

En 1661, il abandonne sa concession pour aller s’établir à Château-Richer sur la moitié sud-ouest d’une terre (3 arpents de front) concédée par les marguilliers (chargés de l’administration des biens de la communauté paroissiale ) de la paroisse de la Visitation-de-Notre-Dame. Dès 1661, la paroisse de La Visitation-de-Notre-Dame-de-Château-Richer est constituée et le premier curé résident est nommé

Le 8 juillet 1664, il cède sa moitié de terre à Mgr de Laval pour 207 livres et, avec l’argent, il paye le prix d’achat pour la terre 51 et l’habitation qui s’y trouve à Château-Richer de Claude Petiot de Courbières qui retourne en France.

Le 5 octobre 1682, il s’établit sur la terre 29 (3 arpents et demi de front sur une lieue de profondeur) achetée de Denis Guion à L’Ange-Gardien (près de Québec) au prix de 2 000 livres.

Procès-verbal de ligne et borne séparant deux terres depuis le fleuve Saint-Laurent jusqu’à une lieue en profondeur, lesquelles terres étant situées à la première concession, sur le fleuve Saint-Laurent, dans la paroisse de L’Ange-Gardien, seigneurie de la Côte-de-Beaupré. La présente pièce concerne directement: Jacques Goulet; Louis Gariépi (Gariépy) (arpenteur Ignace Plamondon père) . – 23 octobre 1780

Le 23 août 1683, il achète pour 530 livres la terre 52 (2 arpents de front sur une lieue et demi de profondeur) voisine de la terre 51 qu’il avait achetée en 1664 à Château-Richer.

Le 6 février 1684, il vend les terres 51 et 52 de Château-Richer à Charles Gariépy, son fils aîné.

En 1706, François Gariépy décède à Château-Richer.

En 1729, il avait 181 descendants.

On trouve au cours de l’histoire beaucoup de descendants de François Gariepy. Voici, ci-dessous une liste non exhaustive de quelques descendants  Il est impossible de citer tous les membres connus au Canada, par contre, le nom de Gariépy n’existe plus dans les Landes.

Edgar Gariépy

Edgar Gariépy estné et décédé à Montréal (11 octobre 1881 – 21 mai 1956), Il est le fils de Joseph Gariépy, marchand-épicier originaire de Lachenaie, et de Marie-Emilina Patenaude, de Rivière-des-Fèves (comté de Châteauguay). Sa famille habite  rue Dorchester et déménage rue Saint-Denis près du Carré Saint-Louis vers 1906. Il fait ses études primaires à l’école paroissiale du Sacré-Coeur, dans le quartier Papineau à Montréal. Il termine un cours scientifique et commercial au Mont-Saint-Louis. En 1901, il poursuit ses études au Noviciat des Oblats de Marie-Immaculée à Lachine. Il devient un photographe québécois spécialisé dans l’architecture, que les historiens de l’art décrivent comme un photographe documentaliste.

Photographe professionnel à partir de 1920, il voyage à travers le Québec afin de documenter l’architecture québécoise. Gariépy se constitue ainsi une importante banque photographique. Ses photos sont publiées dans  « Les monuments commémoratifs de la province de Québec ». Outre les témoignages de la vie quotidienne de son époque, qui possèdent une valeur documentaire, il réalise de nombreuses reproductions d’œuvres d’art. Ci-dessous, un extrait du fond Edgar Gariépy

Léo Gariépy

Léo est né le 3 octobre 1912 à Saint-François de Sales au Canada.

Le sergent Léo Gariépy a participé à la libération de Courseulles-sur-Mer lors du débarquement de Normandie en tant que soldat canadien.

Le 5 juin 1944 à 21h00, le navire qui embarque Léo Gariépy à destination de Juno Beach largue les amarres. À minuit, les éléments se déchaînent. L’humidité, le froid, la houle et le mal de mer épuisent Léo et les autres soldats.

Le sergent Gariépy dirige son char vers la rive droite de la rivière Seulles et tire à plusieurs reprises sur son premier objectif, la Maisonnette, une casemate camouflée cachant un canon de 88 mm2. La riposte cesse et croyant l’endroit désaffecté et sécuritaire, l’équipe en profite pour manger et reprendre des forces. Un tir soulevant le char obligea Léo à reprendre la position de tir. Après quelques tirs, Léo se dirige ensuite à l’arrière et réussit à faire tomber l’épaisse porte de la casemate.

Le 14 août 1944, il est un des premiers arrivés dans Falaise, que les derniers détachements allemands essayent encore de défendre. À ce moment, seule la mitrailleuse de son blindé fonctionne encore.

Des renforts de l’infanterie canadienne débarquant à Courseulles-sur-Mer.

Léo revient ensuite en France en  mars 1964, puis il  déménage à Courseulles-sur-Mer en 1967 et décède le 12 septembre 1972 (à 59 ans) dans cette commune.

Marie-Chantale Gariépy,

M.C. Gariépy est née le 1er mars 1975 à Montréal, est une écrivaine québécoise francophone.

Après des études en tourisme au collège Lasalle, Marie-Chantale Gariépy se spécialise en histoire de l’art à l’Université Concordia de Montréal puis en études littéraires, en lettres et en chant classique à l’UQAM.

 En 2016, elle se démarque par l’écriture du recueil de nouvelles: 25 cents et autres histoires à la pièce, traduit en 2018 en langue serbe, et comme directrice littéraire aux éditions « Tête première ».

Elle est membre de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois.

Pierre Gariépy

« Les grandes passions qui retournent l’être et font perdre contact avec la réalité n’ont jamais effarouché Pierre Gariépy. On se souvient de la dérive qui nous emporte au bout du rêve et de l’amour, de la vie et de la mort, dans Lomer Odyssée. L’écrivain continue dans cette voie en se tenant à la frontière du possible et de l’imaginaire dans Tam-Tam, un très court roman, qui nous pousse dans un univers où l’on se demande à chaque phrase si on est dans le songe ou la chimère ». ( Littérature du Québec – Chroniques d’Yvon Paré)

Raymond Gariépy

Raymond Gariépy est né le 24 janvier 1923 à L’Ange-Gardien sur la Côte-de-Beaupré dans la province de Québec au Canada. C’est un historien généalogiste et un homme politique québécois.

 Il a été maire de L’Ange-Gardien de 1985 à 1989.

De 1946 à 1975, il fut assistant-auditeur de la province, poste aujourd’hui nommé sous-ministre adjoint, pour le ministère des Finances du Gouvernement du Québec. Puis, jusqu’en 1980, il fut aux affaires culturelles pour la même province.

C’est à sa retraite, en 1980, qu’il se consacre à sa passion pour l’histoire et la généalogie. Il avait déjà publié de courts ouvrages, mais l’essentiel de ses contributions fut fait entre 1984 et 2002.

Dans « Les terres de L’Ange-Gardien, Côte-de-Beaupré », il fait non seulement la généalogie de chacune des familles propriétaires jusqu’au début de la colonie au XVIIe siècle, mais encore il retrace les transactions foncières, les activités économiques et certaines anecdotes concernant les lots.

Il est impossible de citer le nom de tous les descendants ou de familles liées à  François Gariépy au Canada ou aux Etats-Unis. Ce qui suit n’est qu’une petite  partie des noms ayant un lien avec la famille Gariépy : Arcand, Bergeron, Bessette, Bouille, Cloutier, Cote, Cauchon, Delisle, Emond, East, Frenette, Germain, Gautier, Gignac, Goulet, Hebert, Houle, Leblanc, Lalonde, Levasseur, Marchand, Martel, Marcotte, Mondor,  Naud, Plourde, Perron, Poulain, Raiche, Rivard, Simard, Toupin, Tourigny, Turner, Vignault………

Voici quelques précisions sur ses descendants (1er et 2ème générations, source : Claude Dupras), puis quelques informations sur Montfort en Chalosse.

Génération 1

1. François Gariépy  (Jean Gariepy et Jeanne D’Aragon) est né vers 1630 à Montfort-en-Chalosse (Landes) et décédé le 25 avril 1706 à Château-Richer. Il épousa Marie Oudin le 13 août 1657 à Québec, fille d’Antoine Oudin et de Madeleine Delarussière.  Elle est née à St-Mery, près de Paris.

Les enfants de François  Gariépy et de Marie Oudin sont:

i. Marie Ursule Gariépy  née le 8 juillet 1658 à Québec, et décédée le 4 août 1713 à  Montréal.

ii. Marguerite Gariépy née le 22 mars 1660 à Québec, et décédée le 14 février 1723, Montréal.

iii. Charles Gariépy né le 18 décembre 1661 à Château-Richer, marié avec Marie Anne Cloutier le 7 février 1684, toujours à Château-Richer.

iv. Louise Gariépy, née le 11 mars 1664, à Château Richer, et décédée le 2 avril 1664, dans la même commune.

v. François Gariépy né le 1 mars 1665 à Château-Richer, et marié avec Geneviève Godin  le 17 octobre 1689, à L’Ange Gardien.

vi. Jacques Gariépy, né le 26 mars 1667 à Québec, et marié avec Marie-Madeleine Gareau St-Onge le 25 novembre 1697, à Boucherville.

vii. Geneviève Gariépy née le 9 juillet 1669, à Château-Richer, et mariée avec Isaac Hervieux le 24 novembre 1687,  à L’ange-Gardien.

viii. Marie Madeleine Gariépy née vers 1671, au Québec, et mariée avec Antoine Trudel  le  19 février 1691à L’Ange Gardien.

ix. Louis Gariépy né le 19 novembre 1673, à Château-Richer.

x. Catherine Gariépy née le 9 mai 1677, à Château-Richer et mariée avec Philippe Trudel le 28 janvier 1696, à L’Ange Gardien.

xi. Jean Gariépy, né le 11 avril 1679, à Château-Richer, et décédé le 2 juillet 1745, à   Lachenaie.

xii. Alexis Gariépy né le 23 avril 1681, à Château Richer, marié avec Françoise Raynault Planchard le 16 janvier 1713, à la Pointe-aux-Trembles.

xiii. Pierre Gariépy né le 12 novembre 1685, à  L’Ange Gardien, marié avec Marie Huboult Longchamp Tourville le 11 janvier 1712, à St-François-de-Sales.

A la génération 2, on trouve (quelques noms!):

Les enfants de Louis Gariepy et de Catherine Aubert sont:

i. Catherine Gariépy née le 3 avril 1703.

ii. Marie Gariépy née le 4 février 1705, à L’Ange Gardien et mariée avec Pierre Renaud Canard le 21 février 1729,  à L’Ange Gardien.

Iii. Catherine Gariépy, née le 3 avril 1706 à L’Ange Gardien, mariée avec Louis Fafard Lonval le  8 février 1728, à L’Ange Gardien.

iv. Louis Gariépy né le 19 septembre 1708.

v. Charles Gariépy né le  19 septembre 1709.

vi. Thérèse Gariépy née le 19 octobre 1710.

vii. Louis Gariépy né le 12 février 1714, à Château Richer; et décédé le 4 mai 1785, à  L’Ange Gardien.

viii. Prisque Gariépy née le 12 février 1714.

ix. Marie Barbe Gariépy ne le 16 septembre 1716, à L’Ange Gardien, et mariée avec  René Mathieu le 25 juin 1736, à L’Ange Gardien.

x. Jean François Gariépy né le 3 décembre 1723.

On trouve également :

Jean Gariépy, né 11 avril 1679 à Château-Richer, et décédé le 2 juillet 1745 à Lachenaie. Il épouse Marguerite Bonnet le 23 novembre 1705 à St-François-de-Sales, fille de Mélaine Bonnet et de Marie Buisson. Elle meurt le 10 septembre 1736 à Lachenaie.

Les enfants de Jean Gariépy et de Marguerite Bonnet sont:

i. Marie-Agnes Gariépy née le 22 décembre 1706, à St-François-de-Sales, et décédée le 28 août 1746, à Terrebonne. Elle se marie avec Etienne Trudeau le  27 janvier 1727, Lachenaie.

ii. Marie-Marguerite Gariépy née le 8 novembre 1708, à St-François-de-sales et décédé le 5 mai 1763, à Terrebonne. Elle s’est mariée avec Germain Lepage le 9 février 1727 à  Lachenaie.

iii. François Gariépy né le 8 décembre 1710, à St-François-de-sales et décédé le 17 novembre 1772, à Lachenaie. Il s’est marié avec Marie-Josephe Picard le 13 octobre 1738, à Lachenaie.

iv. Agathe Gariépy née le 2 novembre 1712, à St-François-de-sales et décédée le 31 mai 1744, à Lachenaie.

v. Marie-Anne Gariépy née le 9 septembre 1714, à St-François-de-sales et décédé le 4 avril 1742, à Lachenaie. Elle s’est mariée avec Jacques Muloin le 7 novembre 1735, à  Lachenaie.

vi. Jean Gariépy né vers 1716, au Québec et décédé le 28 septembre 1761, à  Lachenaie.

vii. Ursule Gariépy née le 16 septembre 1718, à St-François-de-sales  et décédée le 11 janvier 1804, à Mascouche. Elle s’est mariée avec Athanase Duprac (ou Dupras) le 29 janvier 1741, à Lachenaie.

viii. Marie-Josephe Gariépy, née le 9 septembre 1720, à St-François-de-sales et décédée le 3 avril 1793, à Ste-Geneviève (Pierrefonds). Elle s’est mariée avec Louis Charest le 14 avril 1738, à Lachenaie.

ix. ( Anonyme?) Gariépy né le 24 septembre 1722, à St-François-de-sales et décédé le  24 septembre 1722, à St-François-de-sales.x. Marguerite Gariépy née le 14 mai 1724, à Lachenaie et décédée quelques semaines plus tard le 31 juillet 1724.

Ci-contre : le petit port de Lachenaie, autrefois

xi. Louis Gariépy né le 26 juin 1726, à Terrebonne et décédé le 2 août 1726.

xii. Bonaventure Gariépy né le 7 octobre 1729, à Lachenaie et décédé le 26 avril 1782. Il s’est marié avec Marie-Louise-Reine Lalonde le 22 février 1762, à Lachenaie.

xiii. Marie-Louise Gariépy née le 10 août 1731, à Lachenaie.

Mais arrêtons-nous un peu sur le village où est né François Gariépy.

D’abord, le musée : Une maison de maître richement meublée, le jardin et la maison du métayage, le chai et son pressoir étonnant, le conservatoire de vignes, le four à pain en activité, les animaux … Au domaine de Carcher, tout évoque la Chalosse agricole et viticole du 19e siècle. (Ci dessous, l’entrée du musée)


L’église romane de Montfort en Chalosse dédiée à St Pierre est bâtie sur un petit coteau, hors du village, d’où l’on découvre un magnifique panorama sur les Pyrénées. Sa fondation remonterait au Xème siècle.

Mais nous sommes dans le sud-ouest, pays du rugby. On ne peut pas quitter Montfort sans évoquer les frères Boniface. Guy et André Boniface sont nés à Montfort en Chalosse. Deux frères associés au centre d’une même ligne d’attaque. Deux frères doués, passionnés de rugby, dissemblables certes mais combien complémentaires. Un tandem fraternellement réuni pour la gloire du rugby français dans le quinze tricolore.

Ils ont débuté dans l’équipe minime de l’Ecole Publique et poursuivi chez les cadets de l’A.S.Montfortoise section rugby. Après un passage d’André à l’U.S. Dax, Guy rejoint son frère au stade Montois pour ne plus le quitter et avec lui devenir champions de France.

L’aîné André, grand, athlétique, élégant ; le cadet Guy, droit et fin comme un pin des Landes, taillé à coup de hache dans une musculature d’acier, le visage nargueur, le regard de feu. Les deux, étroitement liés par un amour passionné du rugby et une affection réciproque, profonde. Le grand, protecteur et maternel, le second, admiratif et fin devant un frère servant d’exemple.

Guy, tué dans un accident de voiture le 1er janvier 1968. Le stade de Montfort en Chalosse porte le nom de Stade « Guy Boniface ».

Sources :

Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l’Université de Montréal, 1983)

Pierre Gariépy – correspondance par courriel

Généalogie du Québec et d’Amérique française

Naissance d’une population – Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presse de l’Université de Montréal, 1987)

Tanguay – Vol. 1

 Marjolaine Saint-Pierre, Léo Gariépy, un héros récupéré : célébré en France, ignoré ici : biographie, Montmagny, Éditions de Varennes, 1993, 145 p. (ISBN 2-9802-4258-6)

Wikipédia

 Association des Boutin d’Amérique

R. H. Roy, Débarquement et offensive des Canadiens en Normandie, Saint-Laurent, Éditions du Trécarré, 1986

Les terres de l’Ange-Gardien, Côte-de-Beaupré. 2e édition revue. Québec, Société de Généalogie de Québec, 2004 (1984), 744 p. Collection « Contributions à la Société de Généalogie de Québec, 99 ».

Publié dans G-L, Personnages historiques | Laisser un commentaire

Jean Caux

Sa naissance en Béarn ?

Le Béarn est une région qui depuis des années est une région où l’on trouve énormément d’usines de tissages. Il y a eu à Oloron plusieurs usines, notamment le long des gaves d’Ossau et d’Aspe. Il y a peu de documents concernant Jean Caux. Je ne fais que des hypothèses en essayant de les argumenter. Je veux d’abord remercier Irene Bjerky, (sa petite fille) et Susan Mary Smith qui est en train de rédiger une biographie de Jean Caux pour leur gentillesse et leur aide. On trouve un acte de naissance de Jean Caux « l’an mil huit cent vingt un, le trois du mois de novembre, trois heure après midi», avec une déclaration de son père Joseph Caux, « âgé de trente six ans» qui est « faiseur de peigne».

Un peigne est un élément fondamental du métier à tisser. Il se trouve devant le tisseur et permet d’assurer le parallélisme des fils de chaine jusqu’au croisement de la chaine.

Peigne pour métier à tisser

Sa mère se nomme Marie Conte. Le quartier de sa naissance est le quartier appelé aujourd’hui Sainte Croix autour de l’église Sainte Croix. Ils habitent rue des remparts, dans une maison face au séminaire. Il se pourrait que Joseph Caux travaille dans une petite usine située place Saint Pierre, (à l’emplacement actuel d’une école maternelle), qui se trouve proche du domicile. Un des témoins qui signe sur l’acte de naissance est Pierre Bellocq, fabricant de bas.

Plan du quartier Sainte Croix avec la « rue des remparts » où habitait la famille Caux

On retrouve encore un environnement dans l’industrie textile. Malheureusement, on trouve dans le registre de l’état civil l’acte de décès de Jean Caux, quelques jours plus tard.

L’église Sainte Croix

Ce sont les seuls documents concernant Jean Caux et sa famille. Joseph Caux est originaire de l’Ariège, département situé dans les Pyrénées, où on trouve beaucoup de Caux, mais Joseph ne retourne pas dans sa famille. Que devient-il ? Son épouse Marie Conte est originaire du quartier Sainte Croix, où sa famille semble très implantée à cette période. Je n’ai trouvé aucun autre acte d’état civil avec le nom Caux dans le département des Pyrénées Atlantiques à cette époque. Un des témoins qui signe sur l’acte de naissance est Pierre Bellocq, fabricant de bas. On retrouve encore un environnement dans l’industrie textile. Une hypothèse, quelques années plus tard, la famille Caux a eu un second enfant à qui les parents ont donné le même nom que l’enfant décédé auparavant. C’est une pratique que l’on trouve parfois. Mais où est allée la famille Caux ? J’ai eu des contacts dans le département de l’Ariège avec des descendants d’une famille Caux, Joseph n’est jamais retourné en Ariège. Il y avait à cette époque beaucoup de transfrontaliers qui passaient la frontière, dans un sens ou dans l’autre. La question reste sans réponse « pour l’instant » ! Ceci est simplement une hypothèse concernant la famille de Jean Caux en Béarn. Une autre question: pourquoi Cataline ? « Le nom catalina en béarnais est une déformation de Catherine. Les femmes ou jeunes filles surnommées ainsi avaient mauvaise réputation, principalement celle d’être des personnes de mauvaise vie, soient plus ou moins prostituées. Le surnom de Jean Caux pourrait donc lui venir d’une femme… et/ou du nom de la maison natale ». Par exemple, au quartier du Gabarn d’EScout, une maison porte de nom de « Las catalina ».

Jean Caux: un personnage singulier

Parmi les personnages presque légendaires qui ont joué un grand rôle dans l’ouverture du Nord et de l’intérieur de la Colombie Britannique. Jean Caux, mieux connu sous le nom de Cataline, est un des plus romantiques et des plus colorés. Venu en Colombie Britannique vers 1859, il a, pendant plus de cinquante ans, été responsable d’un « pack-train » dans la région d’Hazelton et de la rivière Skeena. Le premier et dernier « packeteur » de la région. On se souvient de lui comme d’un homme prodigieusement fort, ayant une mémoire extraordinaire, scrupuleusement honnête et grand ami des Indiens. De plus, légendes et histoires accompagnant son nom révèlent un homme sympathique et plus généreux que la moyenne. Des témoignages de personnes qui l’ont connu personnellement, comme l’officier Sperry Cline et le juge Henri Castillou, nous aident à découvrir Cataline, car ne sachant ni lire ni écrire,il n’a laissé derrière lui aucun papier. On a dit de lui qu’il était mexicain, espagnol ou français, mais Jean Caux, nous dit le juge Henri Castillou (dont le père a été le partenaire de Cataline, et qui est aussi originaire également d’Oloron, plus exactement d’un quartier nommé le Bager d’Oloron) est né en Béarn. On ne sait rien de sa naissance ou de sa vie avant son arrivée en Colombie Britannique vers 1858-59. Cataline et Joe Castillou s’étaient rencontrés sur la piste entre Yale et Teslin Lake dans l’Omineca, Caux était alors dans la vingtaine et les deux hommes formèrent une association qui a duré plusieurs années.

Il était un homme pas très grand avec des épaules carrées, un torse puissant et une taille mince. Il s’habillait toujours de la même façon : pantalons de grosse laine, bottes de cheval, foulard de soie autour du cou et chapeau à large bord.Quand il traitait avec les Indiens il portait une chemise blanche, la même qu’il avait portée durant tout le voyage, un collet jauni, une petite cravate, un chapeau français, un manteau verdi par l’âge et autour de la taille une ceinture de cuir d’environ dix pouces de large que les Indiens appelaient son corset. Cataline était particulièrement fier de son abondante chevelure noire qui lui tombait sur les épaules, il attribuait la beauté de ses cheveux au rhum et brandy avec lesquels il frottait régulièrement son cuir chevelu.

Jean Caux qui n’avait aucune éducation parlait le béarnais, très peu de français, un peu d’espagnol et un peu d’anglais. Il utilisait, pour communiquer, un langage de son invention composé de mots indiens, chinooks, espagnols, français et anglais. Il avait un vocabulaire que personne ne pouvait réellement comprendre, il parlait très vite et gesticulait beaucoup. Comme il ne savait ni lire ni écrire il était doué d’une mémoire prodigieuse; il pouvait, paraît-il, se souvenir de la position exacte de chaque item dans un train de mules, calculer toutes ses dépenses, payer ses hommes et régler ses comptes de mémoire sans jamais se tromper . Son succès comme « packeteur » est attribué à son honnêteté et à sa fiabilité.

Jean Caux: « le packeteur »

Il avait la réputation de ne jamais perdre un chargement et de toujours remplir ses contrats. Une autre cause de sa popularité était son amitié avec les Indiens. Plusieurs « packeteurs » perdaient tout leur équipement parce qu’ils ne traitaient pas les Indiens avec justice. Mais ceux-ci respectaient Cataline, car il les traitait en égal et ne les trompait jamais. Par exemple, quand certaines tribus manquaient de nourriture, il s’organisait toujours pour leur en apporter. L’officier Cline nous dit que ses deux traits les plus remarquables étaient son sens de l’humour et sa théorie que tous les hommes sont égaux.

Jean Caux a commencé sa carrière vers 1859. A cette époque, de l’or avait été découvert dans la région Est de Babine et Takla Lake. Cette région est comme sous le nom de Omineca, et en très peu de temps cette partie de l’intérieur connue la fièvre de l’or. Au début le transport était fait par les Indiens à l’aide de sac à dos, puis les pistes s’améliorèrent et les trains de mules sont apparus. Hazelton, était le centre de ces activités et Jean Caux couvrait le territoire entre Yale, Ashcroft, Quesnel et Hazelton

Les trains de mules étaient habituellement composés d’une centaine d’animaux spécialement entraînés pour cette tâche. Les chevaux transportaient environ deux cent livres chacun, et les mules, qui ne se fatiguent pas aussi facilement transportaient jusqu’à cinq cents livres. Les mules peuvent également marcher le long d’étroits sentiers de montagnes mieux que les chevaux. Généralement les « packeteurs » étaient debout vers trois heures du matin: les animaux devaient être chargés avant que les mouches ne sortent, car les insectes rendaient les chevaux et les mules difficiles à charger. Chaque animal avait sa place et à chaque dizaine se trouvait un homme à cheval, le contremaître se promenait d’un bout à l’autre du train, et le cuisinier était toujours en avance pour préparer le camp et un repas chaud pour l’arrivée des hommes et des bêtes.

L’art et la technique des « pack-trains » avait été apportés au pays par les Mexicains. Ceux-ci étaient de vrais experts et apportèrent avec eux plusieurs termes espagnols: corregidor, stevedore, segundo, corna, et aparejo. Le « segundo » de Cataline était un homme moitié noir moitié Indien, dont le nom était Dave Wiggins. Son père, paraît-il, était un noir venu au tout début à la Montagne Pavillon et qui vivait dans une grotte. Le rôle de Dave était de s’assurer que tout l’équipement était en bon état; il était habituellement occupé à réparer les selles et harnais. Quand Caux traitait avec les Indiens le « segundo » lui faisait une chaise de bois et de peau; il s’habillait toujours spécialement pour l’occasion. Le juge Castillou raconte comment Cataline traitait avec le chef Nahanni: « Nous autres, les « pas-lavés, » nous étions assis sur le sol. Le chef Nahanni, prit un billet de dix dollars et il alluma le billet. Cataline transportait toujours de gros cigares. Et il ne fumait le cigare qu’en de grandes occasions. Avant que le commerce ne commença le chef mit un billet dans le feu et alluma le cigare de Cataline…et laissa le billet brûler devant les gens assemblés. L’Amitié est plus importante que la Richesse. Et le commerce commença. Une fois le commerce commencé, certainement, toutes les règles étaient oubliées. »

Jean Caux: l’honnête homme

On raconte de nombreuses histoires à propos de Cataline sur la piste, par exemple Sperry Cline raconte qu’en 1898 le gouvernement avait décidé d’envoyer deux cents soldats au Yukon pour aider à maintenir l’ordre pendant la ruée vers l’or. Cataline avait été choisi pour les accompagner. L’officier en charge insistait pour que tout soit fait selon les règles militaires. Lui et Cataline divergèrent d’opinion aussitôt. Le commandant n’aimait vraiment pas être appelé « boy » en la présence de ses hommes (Cataline appelait tout le monde « boy »). Le principal sujet de désaccord entre les deux hommes était le clairon militaire: « Alla tima blowa da buga, scara da mule, no gooda. » (« Tout le temps tu sonnes le clairon, ça fait peur aux mules c’est pas bon. ») Chaque jour Cataline et l’officier avaient des disputes à cause du clairon. La piste était très difficile et un jour une mule tomba, les soldats essayèrent de la relever mais sans succès, en désespoir de cause l’officier se tourna vers Caux: « Monsieur Cataline, qu’allons nous faire maintenant » et Cataline répondit: « Blowa da buga, blowa da buga » (sonne le clairon, sonne le clairon). Cataline est un nomade. À une certaine époque, il se lie avec une indienne qui devint sa compagne pour un certain temps et qui lui donne une fille, nommée Clémence, en 1880. Une autre histoire est qu’il avait une si bonne circulation qu’il ne sentait pas le froid, et plusieurs l’ont vu dormir le long de la piste étendu sur son manteau sans couverture par des nuits de gel. Il portait les mêmes vêtements, été comme hiver, et allait toujours nu-pieds dans ses bottes de cheval. En 1912 il fit son dernier voyage, il était paraît-il âgé de 80 ans. Il vendit son train de plus de cinq cents animaux à un dénommé Georges Beirnes. Beirnes avait une petite cabane sur son ranche et c’est là que Caux vécu les dernières années de sa vie. Quand il fût trop vieux pour s’occuper de lui-même il alla à l’hôpital où il mourut sans souffrance en 1922.

Statue de Jean Caux et de sa mule à Hazelton

Jean Renault

Sources:

https://royalbcmuseum.bc.ca/

Roderick J. Barman, « CAUX, JEAN, dit Cataline », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15, Université Laval/University of Toronto, 2003

Frontier Days of British Columbia, par Garnet Basque

Frémont, Donatien, Les Français dans l’ouest canadien, Les Editions du Blé, 1890, pp. 131-144.

Cataline from Pioneer Days in British Columbia Volume 1 Article 20, Sperry Cline,

Stories about the legendary packer Jean Caux, Aural History Programme, Provincial Archives of British Columbia.

Cataline’s Pack Trail par Irene Bjerky,

Northern British Columbia Archives, Geoffrey R. Weller Library, University of Northern British Columbia

La réalisatrice et productrice canadienne Sylvie Peltier a tourné un documentaire-fiction pour honorer la mémoire de Jean Caux, intitulé «La légende de Cataline».

« Cataline Creek ». BC Geographical Names:http://apps.gov.bc.ca/pub/bcgnws/names/3414.html.

Publié dans A-F, Personnages historiques | Laisser un commentaire